Luc Lambrecht, probable futur président de la Cour d'Appel de Liège

Luc Lambrecht, sur la plateau de la télévision locale TvLux
Luc Lambrecht, sur la plateau de la télévision locale TvLux - © Tous droits réservés

Ce magistrat d’une petite soixantaine d’années a en tout cas été officiellement présenté vendredi à la signature ministérielle par le conseil supérieur de la justice. Il était d’ailleurs le seul candidat en lice. Ce qui n’enlève évidemment rien à ses qualités ou ses mérites.

Il préside actuellement le tribunal de première instance de la province de Luxembourg. Il n’est pas totalement inconnu des liégeois, puisqu’il a présidé, en 2003, la première Cour d'Assises de l’affaire Cools. A l’époque, le président Godin avait été l’objet d’une requête en récusation, pour avoir affiché du mépris envers des avocats de la défense. Le conseiller Luc Lambrecht, qui avait siégé comme doublure depuis le début du procès, avait repris au pied levé la direction des débats. Le principal accusé avait ensuite obtenu l’annulation de sa condamnation à vingt ans de réclusion pour « manque de motivation du verdict ».

Plus récemment, Luc Lambrecht a été chargé d’encadrer la commission d’enquête du parlement wallon dans le dossier Publifin. A ce titre, il a dû veiller à ce que les députés n’interfèrent pas avec les investigations judiciaires. Il devrait logiquement succéder au malmedien Marc Dewart, qui vient d’achever son deuxième mandat comme chef de corps de la Cour d'Appel, et qui devient président de la Cour du Travail.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK