Vous souhaitez planter des arbres fruitiers ? Trop tard pour les acheter, il y a pénurie

On fait la file pour emporter cerisiers, pommiers et autres framboisiers
On fait la file pour emporter cerisiers, pommiers et autres framboisiers - © RTBF

"A la Sainte Catherine, tout bois reprend racine", dit-on mais, dans quelques jours, si on n’a pas commandé il y a des semaines, on ne pourra pas planter d’arbres fruitiers en tout cas. Les pépiniéristes n’en disposent plus. Une pénurie générale.

Plus de 700 commandes en quelques jours

Frédéric Droeven est pépiniériste à Louveigné, il est aussi administrateur de la fédération horticole wallonne : "En général en novembre en jouant avec notre stock et ceux de nos collègues producteurs, on arrive à avoir des commandes complètes à 95%, aujourd’hui il n’y a pratiquement aucune commande complète. La pénurie en Wallonie mais aussi en Flandres est générale. J’ai même eu hier, des pépinières hollandaises qui m’ont interrogé sur mes stocks et quand les Hollandais viennent en Belgique c’est que le marché est vraiment saturé. Sur la semaine du 1er au 8 novembre, nous avions pris 750 commandes !"

Les pépinières de Louveigné s’étendent sur 37 hectares et ce sont 12.000 arbres qui chaque année sont mis en vente. "Nous avons nos clients qui commandent de grosses quantités plus d’un an à l’avance. Il faut savoir que dans les années 80 on donnait des primes pour couper les arbres, aujourd’hui, on en donne pour replanter des vergers. Nous avons notre stock pour le label Certifruit et puis il y a les particuliers et les entrepreneurs de parcs et jardins mais là, on ne prend plus aucune commande jusqu’à Noel puis on verra ce qui nous reste éventuellement".

De 2 à 5 ans pour produire un arbre

Cet engouement, on le doit aussi au confinement. Comme lors du premier confinement, les gens ont plus de temps, ils ne sont pas partis en vacances, il y a des budgets à consacrer à autre chose.

C’est la période des plantations d’arbres et dans les nombreuses voitures qui défilent dans cette pépinière, on retrouve des framboisiers, pommiers, cerisiers et autres variétés que ces clients ont réservés il y a plus de 15 jours déjà.

"Nous, ce n’est pas comme quand il y avait pénurie de papier WC", explique Frédéric Droeven, "il nous faut du temps de 2 à 5 ans selon que ce soit des basses ou des hautes tiges. Si je plante 1000 pommiers supplémentaires demain, ils ne seront vendus que dans quelques années." Pour ceux qui dénicheront encore quelques arbustes restants les prochaines semaines, sachez que l’on peut planter jusqu’en mars.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK