Lors des prochaines élections communales, le PS conservera-t-il la majorité des sièges à Wanze?

L'administration communale de Wanze
L'administration communale de Wanze - © Google maps

A Wanze, lors du dernier scrutin communal, le Parti Socialiste avait conforté sa majorité absolue. Elle était passée de douze à treize sièges sur un total de 23. Mais, comme six ans plus tôt, le PS avait choisi de ne pas gouverner seul et avait reconduit son alliance avec le MR, parti disposant de deux sièges. Deux autres formations étaient présentes lors des élections de 2012: d’une part, ID Wanze, une liste regroupant des membres du cdH et des candidats indépendants et qui avait décroché six sièges et, d’autre part, Écolo qui avait obtenu deux sièges. 

Ce 2 octobre 2017, après 18 ans comme bourgmestre et parce qu’il venait de fêter ses 65 ans, Claude Parmentier a cédé le mayorat à Christophe Lacroix. Si le passage de témoin était annoncé de longue date, le remaniement a été plus large que prévu puisque le groupe PS a également dû pallier la démission d’un échevin, Luc Gonne, déçu par son parti.

Une nouvelle génération est ainsi arrivée aux responsabilités, comme l’a souligné Christophe Lacroix en ceignant l’écharpe mayorale. Il a aussi notamment indiqué qu’il entendait poursuivre la politique de ses prédécesseurs, que la cohésion sociale serait un vecteur majeur de sa politique et il a annoncé la création de deux nouvelles compétences échevinales: la solidarité et le climat.

De nombreux dossiers ont abouti ces dernières années. Le visage de Wanze a changé. Quelques projets doivent encore aboutir, comme la nouvelle école de Vinalmont, la crèche ou la rénovation de la piscine. Et ensuite? Le chef de groupe Écolo, Nicolas Parent, s’interroge. Il relève les réussites de la majorité mais estime ne plus voir émerger grand-chose en matière de projets pour la suite. Le bourgmestre Christophe Lacroix indique que le développement rural se poursuivra en tous cas. Mais avant de dessiner d‘autres plans pour l’avenir, il attend de pouvoir évaluer les répercussions que des décisions prises à d’autres niveaux auront sur les finances wanzoises.

Pour les prochaines communales, Christophe Lacroix espère naturellement emmener la liste du PS. Le bourgmestre annonce qu’elle sera bien étiquetée socialiste et qu’elle comprendra des candidats d’ouverture progressistes. Si le PS conserve sa majorité absolue, l’ouvrira-t-il à nouveau et à qui? S’il est obligé de former une coalition, vers qui se tournera-t-il? Christophe Lacroix se félicite de la bonne collaboration avec le MR, mais indique qu’il n’y a pas d’exclusive et que tout sera fonction des résultats électoraux.

L’écolo Nicolas Parent se demande pour sa part quel sera l’avenir personnel de Christophe Lacroix et donc de son engagement communal. Il estime par ailleurs que la jeune liste Écolo de 2012 a mené une opposition constructive et a gagné en crédibilité. Il se montre confiant pour les prochaines communales, qui constituent sa priorité et pour lesquelles il est fortement pressenti comme tête de liste. Devenir le deuxième ou le troisième parti à Wanze lui paraît possible, notamment parce que sa liste sera prête plus tôt et parce que lors du revers connu par Écolo aux dernières législatives, les Verts avaient gagné des voix à Wanze. La liste doit accueillir des candidats d’ouverture. Si son nom n’est pas encore arrêté, le terme "Écolo" y figurera en tous cas.

Au MR, qui gouverne avec le PS, l’échevin Jean-François Hazette ne retire que du positif de la présente mandature. Au-delà des trois dossiers à finaliser déjà cités, il relève comme chantiers à venir la mobilité et l’encadrement des constructions. Chez les réformateurs, la réflexion en vue des prochaines élections communales est en cours. Ils ne partiront sans doute pas sous le nom MR. Ils devraient présenter une liste d’ouverture de centre-droit de tendance libérale, indique Jean-Francois Hazette. Il indique qu’il sera sur cette liste mais que ce sera la dernière fois. La liste sera donc aussi pensée pour préparer l’avenir. Jean-Francois Hazette précise même que si sa formation devait se retrouver dans l’opposition après les élections, il cèderait immédiatement la place.

Enfin, l’avenir est encore assorti de nombreux points d’interrogation du côté d’ID Wanze qui, avec ses six sièges, est actuellement le deuxième groupe politique de Wanze. Quels sont les intentions du cdH? Optera-t-il encore pour une liste d’ouverture? "Nous n’en sommes nulle part", confie le chef de groupe ID Wanze, Raphaël Graindorge. Lui-même ne sait pas encore s’il se représentera ou non. Ses obligations professionnelles lui laissent peu de temps. Il concède d’ailleurs qu’il a, comme l’ensemble de son groupe, manqué de présence, en cherchant tout de même à mener une opposition constructive.    

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK