Liège: un téléscope souterrain géant dans la région frontalière en 2030?

Le futur téléscope souterrain Einsten
Le futur téléscope souterrain Einsten - © ULiège

La région frontalière avec les Pays Bas et l'Allemagne pourrait-t-elle devenir un des sites majeurs de recherches en astronomie au niveau mondial? Une sorte de CERN (le centre européen de physique des particules installé en suisse) liégeois?

La réponse est "oui" si elle décroche la construction du télescope Einstein, un projet européen majeur pour lequel la région liégeoise est en compétition avec l'Espagne, la Hongrie et la Sardaigne.

200 mètres sous terre

Particularité de ce téléscope de 3ème génération : il sera souterrain.

"Ce sont des tunnels de 10 kilomètres de long, enterrés 200 mètres sous terre et qui permettraient de faire un détecteur d'ondes gravitationnelles nouvelle génération pour justement observer la naissance de nouveaux trous noirs et énormément de choses dans l' univers. C'est vraiment une nouvelle astronomie parce que jusqu'ici on a toujours fait de l'astronomie avec la lumière. Là, on va faire de l'astronomie avec quelque chose de totalement différent", explique Yaël Nazé, astrophysicienne à l'Université de Liège.

Ces 3 tunnels formeront un triangle avec, au sommet de chaque angle, des sortes de cavernes dotées de matériel scientifique de pointe.  Ce nouveau télescope permettra de détecter un volumes d'ondes 1000 fois plus important qu'actuellement.

L'investissement est de taille: plus de 800 millions d'euros et des répercussions importantes espérées en terme d'innovations, de recherche et d'emplois.

Un sous sol particulièrement stable

L' Université de Liège associée à l'Institut Einstein d'Hanovre (Allemagne) et à l'Institut Nikhef d'Amsterdam (Pays Bas) verraient bien ce télescope Einstein s'installer en région liégeoise et plus précisément à 30 kilomètres de Liège dans ce qu'on appelle les Trois Frontières, la région entre Maastricht, Aix-La-Chapelle et Liège. Ce serait même le site idéal: "le problème des ondes gravitationnelles, c'est que c'est quelque chose d'extrêmement difficile à détecter, il faut quelque chose d'extrêmement stable et le sous-sol liégeois est apparemment extrêmement bon pour cela. On va installer les choses sous terre justement là aussi pour diminuer le bruit et les vibrations; et quand cet instrument, sous vide, bien calme pourra être bien tranquille et bien il nous découvrira plein de choses", ajoute l'astrophysicienne liégeoise.

L'université se mobilise. Un symposium sera d'ailleurs organisé ce mardi 30 janvier sur ce projet au Château de Colonster avec les différents partenaires du projet et de nombreux scientifiques.

Le choix du site est prévu pour 2020. Le téléscope Einstein devrait être opérationnel en 2030.

Ecoutez l'interview de Yaël Nazé :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK