Contrôle de voiture qui tourne mal à Liège: pronostic vital engagé pour le policier, le conducteur est décédé

Suite à un contrôle de véhicule ce lundi rue de Visé à Jupille (Liège), un policier âgé de 33 ans se trouve toujours entre la vie et la mort, selon la police de Liège. Il est actuellement opéré par les médecins du CHR pour une opération de la dernière chance.

A 11 heures, ce matin, le Parquet de Liège a tenu un point presse pour expliquer les faits.

Point presse de Catherine Collignon, première substitute au Parquet de Liège

Peu après 8 heures, ce lundi, une habitante de la rue de Visé a appelé les forces de l'ordre afin de leur signaler la présence d'un véhicule suspect dans sa rue. Deux agents se sont ainsi rendus sur place pour contrôler la voiture dont l'occupant semblait assoupi. Comme le veut la procédure, un agent s'est approché du véhicule, l'autre est resté en retrait. Quand le premier agent a voulu procéder à la fouille du suspect -vraisemblablement sous l'influence de l'alcool ou de la drogue- celui-ci a sorti une arme et a tiré en direction de la tête de l'agent. Le policier resté en retrait a alors répliqué et tiré sur l'occupant du véhicule, qui est décédé.

Le pronostic vital du policier touché par la balle est toujours engagé. Écoutez l'interview de Catherine Collignon, la porte-parole du Parquet de Liège.

Le suspect est un trentenaire originaire de la région liégeoise. Il a déjà été arrêté pour des faits mineurs de drogue, explique le Parquet de Liège. Ses dernières condamnations remontent à plusieurs années. Il n'est pas connu pour des faits de violence.

A ce stade, la riposte du policier est considérée comme un acte de légitime défense mais des devoirs d'enquête supplémentaires sont en cours. Des experts en balistique ont notamment été dépêchés sur les lieux pour déterminer les circonstances exactes de la fusillade.

Le bourgmestre de Liège s'est rendu à la Citadelle

Aux alentours de midi, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, s'est rendu au service des urgences de la Citadelle. "Un membre des forces de police vient de nouveau de payer un lourd tribu à son devoir et je tenais à être à la fois aux côtés de la famille, des proches, et aux côtés des forces de police dans ces circonstances particulièrement difficiles" a expliqué Willy Demeyer.

Les Fastes de la police annulés

Les Fastes de la police, qui devaient avoir lieu aujourd'hui, sont annulés. "Ce qui devait être une journée de joie, de réjouissance, de prestations de serment aussi pour bon nombre de nouveaux se transforme en une journée de tristesse" a réagi Christine Defraigne, première échevine de Liège. "Nos policiers sont encore une fois très durement touchés. Nous mesurons les risques qu'ils prennent au quotidien. Je voudrais dire toute mon empathie et toute ma compassion pour la famille du policier".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK