Liège: un livre de Jean-Louis Boussart sur la Saint-Nicolas d'antan

Liège: un livre de Jean-Louis Boussart sur la Saint-Nicolas d'antan
Liège: un livre de Jean-Louis Boussart sur la Saint-Nicolas d'antan - © RTBF - Marc Hildesheim

C'est aujourd'hui la Saint-Nicolas. Une date attendue avec impatience par tous les enfants sages. Mais à quoi ressemblait justement cette fête à Liège et ailleurs en Wallonie il y a 40 ou 50 ans? C'est le thème du livre écrit par Jean-Louis Boussart, dans lequel il évoque notamment les fameuses "lettres à St-Nicolas...": "On trouve des lettres où les enfants demandent une boîte de craies, un tablier pour aller à l'école, parfois une paire de sabots. Les jouets qui étaient plutôt destinés aux bourgeois étaient le tricycle, la bicyclette, le cheval à bascule, ce genre de choses... Les jouets étaient très différents".

Saint-Nicolas au Grand Bazar: un passage obligé

Un passage obligé, et parfois redouté pour des dizaines de milliers de Liégeois, c'était bien sûr la visite chez le Grand Saint au Grand Bazar: "A l'origine, le Grand Bazar était un petit magasin de jouets qui a pris de l'expansion, mais le jouet a toujours été le cheval de bataille du Grand Bazar. Et pour l'occasion, le Grand Bazar engageait beaucoup de personnel pour monter des décors extraordinaires, des démonstrateurs qui montraient comment on lavait des poupées dans des petites baignoires en plastique. C'était un grand moment pour les enfants avec le passage obligé auprès du Grand Saint-Nicolas. Et on voit sur les photos que certains ont envie de pleurer et certains sont vraiment traumatisés. Il y a une enquête qui a été faite dans les années 70 demandant quel était le personnage le plus effrayant pour les enfants. Et ils ne parlaient pas du diable ou autre, mais ils parlaient de ... Saint-Nicolas!".

Tout cela est donc raconté dans un livre, "La Saint-Nicolas, fête des enfants en Wallonie", publié aux éditions "Vieux temps".

Le jouet liégeois: une industrie prospère, à l'époque

On l'a souvent oublié, mais l'industrie du jouet a été très prospère à Liège il y a quelques décennies. On n'a pas toujours acheté du "made in China". Jean-Louis Boussart se souvient de quelques marques très en vogue à l'époque: "Il y avait les petits soldats Durso qui sont d'une très grande qualité. Leur production a commencé vers 1936-1938 mais a explosé pendant la guerre. Certains s'amusaient, sous le nez de l'occupant, à jouer avec des troupes de petits soldats belges avec en face les soldats allemands qui prenaient bien sûr la raclée. Il y a eu aussi des productions très belles de trains, les trains Gils à Jupille".

Et le déclin du jouet liégeois s'est fait bien avant l'invasion des jouets chinois, comme le souligne Jean-Louis Boussart: "Ça a été plutôt l'invasion des jouets fabriqués en zone occupée par les Américains, c'était le retour des jouets allemands et aussi des jouets japonais fabriqués en zone occupée américaine. D'un côté, il y avait la grosse industrie japonaise ou allemande qui produisait à bas prix de beaux jouets, et la fabrication comme elle se pratiquait à Liège a, elle, pâti du fait d'être restée à l'échelle liégeoise".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK