Liège: un artiste en grève de la faim pour stopper la démolition de l'ancienne dentisterie à Bavière

L'artiste plasticien Alain De Clerck a installé sa camionnette sur les quais de la Dérivation en face du bâtiment de la dentisterie de Bavière
L'artiste plasticien Alain De Clerck a installé sa camionnette sur les quais de la Dérivation en face du bâtiment de la dentisterie de Bavière - © RTBF

A Liège, l'artiste Alain De Clerck a entamé une grève de la faim pour sauver le bâtiment de l'ancienne dentisterie sur le site de Bavière. Vendredi, le collège communal annonçait vouloir raser l'immeuble pour des raisons de sécurité. En cause: son état de vétusté et les dégradations provoquées par des squatteurs. Mais certains -dont l'asbl SOS Mémoire de Liège et Le Vieux Liège- s'élèvent contre la démolition d'un témoin de l'architecture moderniste liégeoise de la fin des années 30. L'artiste plasticien Alain De Clerck a pris une décision radicale. Depuis samedi, il ne se nourrit plus. Il s'est installé sur le quai de la dérivation dans sa camionnette face au bâtiment pour manifester son opposition au projet de démolition. "J'ai décidé de faire une grève de la faim. Ça m'est venu quand j'ai vue les grilles du site. je me suis dit qu'ils allaient mettre ça par terre vite et que si il fallait le sauver, il fallait agir vite et fort." 

Un euro symbolique pour en faire un futur lieu de culture? 

L'artiste voudrait faire du bâtiment de dentisterie, un lieu de culture. "Il faut d'abord arrêter la démolition. Ça fait plus de quinze ans qu'il est là, je ne vois pas pourquoi il faut maintenant se précipiter. Il faut le donner à un euro symbolique pour la culture liégeoise. Le bourgmestre affirme que Liège est une métropole culturelle. Il manque plein de bâtiments pour les jeunes artistes. Il manque un lieu d'art contemporain. Et puis après, l'intelligence collective, le milieu de la culture, nous déciderons ensemble de nos besoins."  

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK