Liège: quatre suspects de vols de cuivre chez ArcelorMittal remis en liberté

Quatre individus quinquagénaires qui avaient été placés sous mandat d'arrêt mercredi après avoir été suspectés d'avoir commis un important vol de cuivre au préjudice d'ArcelorMittal ont été libérés lundi par la chambre du conseil de Liège. Ils restent suspectés d'être liés à la disparition de 400 tonnes de cuivre dans l'entreprise.

Les quatre individus qui avaient été placés sous mandat d'arrêt sont des ouvriers et contremaîtres de l'entreprise. Ils sont suspectés d'être liés au vol commis à la fin de l'année 2014 de 400 tonnes de cuivre pour un préjudice estimé à 2 millions d'euros.

Leurs avocats ont sollicité et obtenu lundi, sous réserve d'un appel du parquet, leur remise en liberté. Selon eux, le dossier ne contient pas d'élément à leur charge. "Nos clients contestent les faits avec la plus grande fermeté. Ce sont des travailleurs de l'entreprise depuis de longues années et ils ne présentent aucun antécédent. L'instruction leur reproche d'avoir volé des "staves" de cuivre (des plaques de refroidissement). Mais chaque stave pèse 1.500 kilos. Il fallait donc des moyens techniques conséquents et une réelle organisation pour opérer de tels vols. Les perquisitions réalisées n'ont pas permis de confirmer leur implication," ont relevé Me Wilmotte et Me Drion.

La chambre du conseil a décidé de libérer les inculpés après cinq jours de détention préventive. Le parquet peut toutefois faire appel de cette décision.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK