Liège: poursuite de la dépollution des anciennes usines Cuivre & Zinc

Réhabilitation du site des anciennes usines Cuivre & Zinc à Chênée
Réhabilitation du site des anciennes usines Cuivre & Zinc à Chênée - © RTBF

A Liège, les riverains des anciennes usines "Cuivre & Zinc" ont reçu un courrier les avertissant de la reprise des travaux d'assainissement du site. C'est la Spaque qui est chargée de sa réhabilitation sur 7 hectares, des travaux entamés en 2012. Après la destruction des bâtiments, du château d'eau et de la cheminée, la Spaque s'attaque maintenant aux sols pollués.

La zone concernée représente 500 mètres-carrés à l'ouest du site, le long du chemin de fer. C'est la deuxième des 3 parties du site les plus contaminées aux métaux lourds et aux hydrocarbures. Depuis le 19e siècle, au bord de la Vesdre, l'ancienne usine a utilisé des laminoirs et des fonderies pour transformer essentiellement le cuivre et le zinc. Outre le cuivre et le zinc, la zone regorge de centaines de milliers de litres d'huile utilisée à l'époque pour faire tourner les machines. Frédéric Deliège, porte-parole de la Spaque: "On va descendre à une profondeur d'excavation de cinq à neuf mètres. Il y a 50.000 mètres-cubes de terre à évacuer. Ensuite, au fond des excavations, on va pomper les huiles qui se trouvent en surface de la nappe aquifère et traiter les eaux."

L'opération s'avère délicate puisqu'il faudra dépolluer aussi autour des conduites de gaz de chez Fluxys, qui longent la voie ferrée. "C'est la première fois que la Spaque traite des terres polluées en dessous d'une conduite haute pression. La technique est spéciale. On va dégager la conduite de 20 mètres en 20 mètres, la suspendre et aller excaver les terres polluées en-dessous." Plusieurs riverains habitent à peine à quelques centaines de mètres. Il y a-t-il un danger? "Il n'y a aucun risque d'autant plus que le chantier sera surveillé en permanence par les techniciens de Fluxys."

L'ensemble des travaux d'assainissement ne sera pas terminé avant 3 ans. Le site pourra alors accueillir du commerce ou des espaces récréatifs comme un parc, mais pas de logements.

Erik Dagonnier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK