Liège: les riverains découvrent la salle de consommation de drogue à moindre risque

C'est une première chez nous, mercredi, à Liège, une salle de consommation sécurisée de drogue va ouvrir ses portes.

Ces "salles de shoot" comme on les appelle plus communément, il en existe déjà 90 dans 8 pays européens.

Chez nous, elle sera, au regard de la loi, toujours illégale mais la ville a décidé de soutenir ce projet porté par la fondation Tadam et le centre Alpha. L'objectif est de réduire les nuisances de consommation au vu de tous, en rue mais aussi les risques d'overdose et d'infection pour les consommateurs.

Des visiteurs convaincus

Ce week-end, riverains et Liégeois pouvaient visiter les lieux. Saf Ti, jeu de mot wallon anglais (Protège toi- sécurisé), c'est le nom de ce centre installé au coeur de la Cité ardente, juste à côté du commissariat de police de la rue de la Régence. 

Si les familles du personnel et les professionnels du secteur parfois venus de l'autre côté de la Wallonie ou de Flandre avaient bien répondu présents,  côté riverains, on ne se bousculait pas, un signe peut être que ce centre n'inquiète pas outre mesure.

Marylène Tomaso, infirmière en chef et responsable des locaux guide la visite. Le sas d'entrée, la possibilité de contact avec un médecin ou du personnel pouvant mettre en ordre des dossiers, des casiers pour déposer ce qui est inutile le temps de la consommation puis, un peu plus loin, le bureau où l'on remet un kit selon le type de consommation: kit d'injection ou kit d'inhalation.

Catherine, bénévole dans un abri de jour, est positivement étonnée: "Je ne m'attendais pas que ce soit si structuré, je pensais que c'était plus un espace où les gens pouvaient faire presque ce qu'ils voulaient mais voilà, ici, ils sont bien entourés. Comme Liégeoise, j'en rencontre beaucoup, à toute heure et parfois dans un état préoccupant. Il y a souvent des plaintes de riverains et pour les services d'urgence, ce n'est pas évident non plus. Je suis venue pour avoir des informations, de façon aussi à en parler là bas à l'abri de jour où nous avons parfois des consommateurs.

Le centre s'adresse aux consommateurs d'héroïne ou de cocaïne. Ils seraient près de 300 réguliers sur Liège. Ici, on ne vient pas fumer du cannabis.

"L'hygiène est primordiale"

Pour Michel, ce lieu sera une sécurité pour le consommateur mais aussi pour les Liégeois: "Je suis souvent à Liège, il y en a beaucoup. Le soir et le week-end, sur les bancs du côté du boulevard de la Sauvenière, ils sont nombreux à fumer de l'herbe ou plus et ça crée beaucoup de tension. C'est un bon projet. Au moins ici, c'est sécurisant pour tout le monde et ça peut même amener, peut-être, à ce que certaines personnes puissent se libérer de la drogue".

Ici, on fournit un matériel stérilisé, désinfecté, un local où l'hygiène est primordiale, des conseils et des informations pour ceux qui le souhaitent. Pas question par contre de fournir le produit ou même une substance de substitution. Ce riverain le regrette car "cela pourrait aider les toxicomanes à décrocher".

La salle ouvrira ses portes mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK