Liège: "les petits producteurs", le mariage gagnant du circuit court et de l'épargne privée

un troisième magasin, dans les Vennes,  pour Les Petits Producteurs
2 images
un troisième magasin, dans les Vennes, pour Les Petits Producteurs - © Les Petits Producteurs

Dans quelques jours, le premier décembre, les Petits Producteurs ouvriront leur troisième magasin. Ce sera dans le quartier des Vennes à Liège.

Les petits Producteurs, c'est une coopérative lancée en 2016 par des convaincus qu'on peut faire tourner l'économie autrement. Après Neuvice et Sainte Walburge, voici donc un troisième point de vente. Comme pour Sainte Walburge, ce nouveau lieu sera financé par un appel à l'épargne privée.

Deux nouveaux maraîchers

Les magasins, c'est le levier commercial de la coopérative liégeoise. Le projet, c'est le soutien aux producteurs. "On a une série de producteurs qui travaillent pour nous pour lesquels on s'engage, par exemple, en fruits et légumes, sur un plan de culture à l'avance comme cela ils savent qu'ils vendront leur produit. Il n'y a pas de négociation non plus sur le prix, c'est celui demandé par le producteur. Des producteurs qui s'entraident aussi en stockant chez l'un des surplus en attente de transformation,ou encore en compensant  une production trop faible chez l'autre ", explique Pascal Hennen, cheville ouvrière de la coopérative. Auparavant,  il a travaillé pour un producteur étranglé par la grande distribution au point de se suicider.

Aujourd'hui, une vingtaine de producteurs travaillent avec cette coopérative. La coopérative emploie aussi 10 équivalents temps plein.

L'épargne privée servira également à financer l'installation, l'achat de matériel pour deux nouveaux maraîchers sur une parcelle de la ville de Liège acquise par les petits producteurs dans le cadre du projet CREAFARM.

Le citoyen acteur de l'économie locale

Cent cinquante coopérateurs sont déjà impliqués dans  cette cooopérative liégeoise. Le nouvel appel devrait permettre de récolter 114 000 euros avec des parts de 250 euros. Un dividende de 2% maximum est prévu "mais les coopérateurs peuvent en assemblée générale décider ou non de se l'octroyer", ajoute Pascal Hennen.

Depuis quelques années, l'appel à l'épargne privée pour des projets locaux sous forme de coopérative ou non est de plus en plus important. "Cela s'explique par les montants colossaux , 266 milliards en juin 2018, sur les comptes d'épargne qui ne rapportent quasi plus rien. C'est couplé avec la volonté du citoyen d'agir sur l'économie, de participer activement à des projets qui ont du sens pour lui, qui lui parlent donc des projets alimentaires, des projets immobiliers mais aussi dans d'autres secteurs", explique Flora Kocovski, directrice de la SOWECSOM, le bras financier de la région wallonne pour l'économie sociale.

Grâce au dispositif Brasero, la SOWECSOM, soutient cette économie citoyenne. Pour 1 euro investi, venant par exemple de l'épargne privée, la SOWECSOM apporte un autre euro. Pour Les Petits Producteurs, le capital collecté de 114 000 euros sera donc doublé.

"Le premier dossier, c'était une association qui occupait un immeuble dans un quartier qui avait le vent en poupe et le propriétaire voulait vendre. L'association a mobilisé 150 personnes pour acheter avec notre aide le bâtiment. On a aussi contribué à l'essor de la coopérative Vins de Liège et plus récemment à la reprise par les travailleurs d'une usine que les ancien patrons avaient décidé de délocaliser. On a une septantaine de projets et depuis, 2 à 3 ans , c'est un véritable engouement", ajoute la directrice de la SOWECSOM.

Pour les Petits Producteurs, l'appel se cloturera en mars prochain mais la formule pourrait être renouvelée pour d'autres projets dans les années à venir.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK