Liège: les livreurs à vélo ont la cote auprès des restaurateurs

Ils portent un gros sac en forme de cube sur leur dos. Un sac isotherme, rempli de plats fumants à apporter aux clients.
Ils portent un gros sac en forme de cube sur leur dos. Un sac isotherme, rempli de plats fumants à apporter aux clients. - © AFP (archive)

Ils portent un gros sac en forme de cube sur leur dos. Un sac isotherme, rempli de plats fumants à apporter aux clients. L'entreprise de livraison à vélo Deliveroo s'est installée à Liège en début d'année. Et d'ici quelques semaines, la société UberEats devrait à son tour faire son arrivée chez nous. Les livreurs à vélo risquent donc de courir de plus en plus les rues. D'ailleurs, dans le centre de Liège, les restaurateurs qui ont déjà adopté le système sont nombreux.

Au total, ils sont près d'une cinquantaine inscrits sur le site Deliveroo. Nicolas Brumioul a ouvert son restaurant il y a quelques mois seulement, et pour lui, l'arrivée de ces livreurs à vélo, ça a été une véritable aubaine: "Clairement, on a au moins + 20% de commandes sur place. Je pense que pour débuter, il faut passer par là. En tout cas, nous, on ne peut pas s'en passer".

Un service pour clients connectés qui passent commande sur leur smartphone ou leur ordinateur. Le concept a séduit Frédéric Doeillet, le gérant du Frenz-tasty Bar: "On ne doit plus faire la livraison nous-mêmes, il y a quelqu'un qui s'occupe des livraisons. Donc il y a moins de travail pour nous. C'est une bonne collaboration pour arriver nous à nous concentrer sur notre travail de créer des plats et de fournir à manger des plats".

Certains restaurateurs sont tout de même récalcitrants

Mais pour l'instant, tous les restaurateurs n'adhèrent pas à ce système: peur de voir arriver leurs plats sans dessus dessous, pas le temps de préparer les commandes ou pas envie de mettre la main au portefeuille, comme Mima Manchini, gérante d'une pizzeria: "J'estime que le pourcentage qu'ils nous demandent pour ce service est énorme".

En plus du prix payé par le client pour la livraison, Deliveroo prélève effectivement une commission sur le plat d'environ 30%. Avec des pratiques assez similaires, pas sûr donc que l'américain UberEats parvienne à convaincre les récalcitrants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK