Liège : les battues pour retrouver Charles Johnen sont suspendues

C’est une conséquence de l’épidémie de coronavirus, la battue prévue ce mercredi matin pour retrouver Charles Johnen a été annulée.

Le jeune homme de 20 ans a disparu le 6 mars après une soirée d’étudiants dans la salle de guindaille du Chapi à Droixhe (Liège).

Une grande solidarité pour les recherches

L’avis de disparition a été vu près de 2 millions de fois sur les réseaux sociaux, il y a eu près d’1 million de réactions mais sans aucune nouvelle pour l’instant.

Le papa de l’étudiant garde espoir même si les recherches menées par les bénévoles sont à l’arrêt. "On ne va quand même pas mettre en danger nos bénévoles pour retrouver Charles", explique Jean Claude Johnen qui souligne le grand élan de solidarité après l’annonce de disparition, "c’est l’aspect e positif de cette disparition. La solidarité villageoise ici à Montzen et au-delà, les gens se sont mobilisés en un clin d’œil pour retrouver Charles, nos amis mais aussi des étrangers, des gens qu’on ne connaissait pas".

L’avis officiel a circulé un peu partout, des pages se sont aussi créées comme "Help Charles" ou encore la page qui avait été créée pour rechercher Pierre Eloy, disparu et décédé en Fagnes il y a quelque temps.

L’enquête

La police n’a pas non plus ménagé ses efforts. Dès le début, la probabilité d’une chute dans la Meuse n’étant pas exclue, un hélicoptère de la police fédérale a survolé la Meuse et le Pont Barrage de Monsin, la darse a aussi été scrutée via un sonar et des hommes-grenouilles.

A la demande de la police, les bénévoles ont également parcouru les rues de Droixhe, Bressoux ou encore St Léonard pour lister les caméras vidéo des commerces par exemple. La liste a été remise à la police "on a une réunion ce mercredi après midi avec la brigade judiciaire, on espère que ces caméras ont parlé, on espère avoir des nouvelles de l’enquête, savoir s’il y a des pistes", précise Jean Claude Johnen,"tant qu’on n’a pas retrouvé son corps, on garde espoir !"


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK