Liège: le projet de réaménagement de la place Cockerill suscite toujours une forte opposition

Une rampe d'accès sur la moitié de la largeur de la Place Cockerill
Une rampe d'accès sur la moitié de la largeur de la Place Cockerill - © Tous droits réservés

A Liège, le projet de réaménagement de la place Cockerill et du Quai-sur-Meuse suscite toujours une forte opposition. Il est question d'y créer un parking souterrain. 2800 réclamations ont été déposées lors de l'enquête publique qui s'est achevée la semaine dernière.

La ville va revoir sa copie

En réaction, la ville a annoncé qu'elle allait revoir sa copie. Et, comme l'impose la législation, une réunion de concertation s'est tenue ce jeudi. Autour de la table, comme le prévoit aussi la loi: 5 représentants de la ville parmi lesquels l'échevin liégeois de l'urbanisme Jean-Pierre Hupkens et sa collègue en charge du développement économique et territorial Maggy Yerna.

Cinq représentants du promoteur, et enfin cinq représentants des opposants. Notamment Nicolas Javaux, un des porte-paroles de la Plateforme Place Cockerill. Il nous a livré son état d'esprit à l'issue de la séance de concertation: "Mon sentiment, c'est que la ville a bien reçu les lettres de réclamation que les 2800 signataires ont envoyées. Ils ont bien compris l'intelligence de leurs arguments mais malheureusement, ils ne veulent pas remettre en cause l'existence du parking. Ils sont prêts à concéder quelques aménagements mais je pense vraiment que les aménagements ne suffiront pas tant que le parking n'est pas remis en question".

Ce qui irrite surtout les auteurs des réclamations, ce sont les aménagements prévus en surface. Ils s'opposent au projet de démolition de la rampe d'accès à la passerelle. Et ils estiment que la rampe d'accès au parking grignotera bien trop d'espace: "Tous les aménagements en surface sont dédiés à la voiture et sont dédiés à l'usage de ce parking. Malheureusement, même avec des aménagements mineurs, on ne pourra pas obtenir un espace de qualité".

La ville a annoncé qu'elle allait revoir sa copie, mais les opposants craignent qu'elle ne réponde pas à leurs attentes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK