Liège : le gilet jaune Maxime Deckers, dit Max le Belge, en correctionnelle

Le prévenu, Maxime Deckers, en conversation avec son avocat
Le prévenu, Maxime Deckers, en conversation avec son avocat - © RTBF - Martial Giot

Un gilet jaune devant le tribunal correctionnel de Liège…

Le 17 décembre, alors que la police dispersait un barrage, Maxime Deckers, dit Max le Belge, un habitant d’Oupeye de 26 ans, avait tenu dans une vidéo live sur internet des propos négatifs à l’égard des policiers. Il avait annoncé de la casse et même un carnage en riposte.

A l’audience, ce jeudi, Maxime Deckers a expliqué qu’il s’était emporté sous le coup de la fatigue.

Deux préventions avaient été retenues : la provocation directe à commettre des infractions et l’outrage à agents de police. A l’audience, le Ministère Public a finalement demandé l’abandon de la première et il a réclamé une peine de travail de 50 heures pour la seconde.

Mais pour Maître Marc Nève, l’avocat de Maxime Deckers, son client doit tout simplement être mis hors de cause : « C’est incompréhensible qu’il y ait eu des poursuites alors qu’il n’y a pas de plainte directe de la part des policiers concernés au premier chef. C’est une affaire qui ne méritait à l’évidence pas d’être fixée. » Le procureur du Roi s’est justifié, expliquant que le maintien de la prévention d’outrage à agent avait été mûrement réfléchi. Mais pour l’avocat de la défense, cette justification est totalement maladroite : « Il considère qu’on a franchi la ligne rouge. Non ! D’ailleurs, ça se résume a tellement peu de choses… L’expression « Mort aux vaches » serait, comme telle, constitutive d’un délit d’outrage, où allons-nous ? Ce n’est pas un va-t-en-guerre. D’ailleurs rien d’autre n’est venu le confirmer. Et le procureur manque totalement d’éléments pour dire qu’il avait vraiment l’intention de s’en prendre directement à la police. »

Le jugement sera rendu le 13 juin.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK