Liège: le corps momifié découvert dans une allée privée officiellement identifié

Liège: le corps momifié découvert dans une allée privée officiellement identifié (photo d'illustration)
Liège: le corps momifié découvert dans une allée privée officiellement identifié (photo d'illustration) - © RTBF

C'est une histoire pour le moins macabre qui vient de trouver son dénouement à Liège. Une momie découverte il y a deux ans dans une allée privée vient d'être officiellement identifiée. Il s'agit d'une femme âgée, décédée de mort naturelle. Mais la fille de cette dame a quand même été interpellée. C'est elle qui avait jeté le cadavre momifié de sa maman.

C'était le 10 janvier 2014. Le cadavre momifié d'une dame, sommairement emballé dans du plastique et des cartons, était découvert dans une allée privée, près d'un arbre. Le corps ne mesurait plus qu'1m40 et ne pesait plus que 10 kilos. L'enquête aura été complexe mais les enquêteurs liégeois viennent quand même d'identifier le corps de manière formelle. Il s'agit de Marie-Louise Bertrand, qui aurait eu 95 ans aujourd'hui.

L'affaire n'est pas criminelle, l'enquête a montré que les causes de la mort de la vieille dame étaient naturelles mais que le décès n'avait pas été déclaré. Du coup, c'est la fille de la dame qui a été suspectée ... de recel de cadavre. Pourquoi? Pour continuer à toucher la pension de sa mère.

Au moment de la découverte du corps, cela ne faisait qu'une semaine qu'il se trouvait à cet endroit. Mais la mort était bien antérieure. Alors pourquoi s'être débarrassé du corps à ce moment-là? Tout simplement parce que la fille et sa mère censée être toujours vivante, le décès n'ayant pas été déclaré, ont été expulsées de leur habitation. C'est à l'occasion de cette expulsion, sous la panique, que la fille a abandonné le cadavre momifié de sa mère à l'endroit où il a été découvert.

La fille vient d'être interpellée. Elle a fini par reconnaître les faits. Ceux-ci n'étant pas de nature criminelle, elle a été laissée en liberté et c'est à présent au parquet de décider de la poursuivre ou non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK