Liège: la voiture hybride Impéria et Green Propulsion dans le rouge!

Le constructeur liégeois de voiture hybride Impéria est dans le rouge. La société s'est endettée pour mettre au point son véhicule et obtenir toutes les homologations. A l'origine du projet: Green Propulsion, une spin-off de l'Université de Liège qui s'est spécialisée dans les moteurs verts et les bus hybrides. Il y a 6 ans, son fondateur décide de lancer une seconde société dans la construction automobile. Elle reprend la marque mythique belge Impéria qu'elle veut relancer. Elle met au point un prototype roadster hybride au look vintage. Mais les problèmes de trésorerie s'accumulent. Les 2 sociétés viennent de déposer une demande de réorganisation judicaire.

Paradoxe: l'Impéria se situe dans le secteur porteur des véhicules hybrides

Pas facile de lancer une nouvelle marque de voiture quand on est un petit constructeur indépendant. Chez Impéria, une douzaine de personnes travaillent. Ils ne sont plus payés depuis plusieurs mois. Le processus d'homologation du véhicule a pris du retard. Il ne sera pas terminé avant 6 mois et ça coûte cher. A l'heure actuelle, aucune voiture n'a encore été mise sur le marché, un marché pourtant porteur mais la mise en production industrielle réclame de nouveaux fonds. Yves Toussaint, directeur chez Impéria: "Il nous manque quelques millions d'euros. On a réuni beaucoup de marques d'intérêt et la concurrence montre qu'il y a un avenir potentiel. Par exemple, la Tesla modèle S ou la BMW i-8 qui sont des véhicules aux budgets comparables (environ 150 000 euros) avec aussi un avantage écologique clair, sont des véhicules qui se sont très bien vendus en Belgique."

Deux sociétés liégeoises intéressées par la reprise des activités 

Bonne nouvelle: deux entreprises liégeoises envisagent la reprise d'une partie des activités. Le carrossier Carat Duchatelet ouvert sur le marché du luxe au Moyen-orient, en Russie et en Asie, s'intéresse à la voiture Impéria. Et le chef d'entreprise spécialisé dans l'économie verte, Laurent Minguet pourrait lui, reprendre Green Propulsion, conserver l'activité de sous-traitant pour de grandes marques avec l'atelier de haute mécanique qui existe et investir dans l'électro-mobilité, des bus notamment. Le tribunal de commerce se prononcera mardi.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK