Liège: la percée autoroutière vers Burenville va devenir un boulevard arboré

"Recoudre" le faubourg Sainte-Marguerite, déchiré par une percée autoroutière: le plan d'un futur boulevard urbain "apaisé".
"Recoudre" le faubourg Sainte-Marguerite, déchiré par une percée autoroutière: le plan d'un futur boulevard urbain "apaisé". - © Rtbf

L'avenir du quartier de Sainte-Marguerite, à Liège, commence à se dessiner. La zone est plutôt sinistrée, victime d'un urbanisme totalement débridé. La population augmente, pourtant, de plus de 4% en une décennie. D'où la volonté de la Ville de réparer les erreurs du passé. Le dossier n'en n'est encore qu'au stade de l'avant-projet. Mais il faut s'attendre à quelques changements en profondeur.

Les Liégeois et les non-Liégeois le savent, à raison de 25 à 30 000 véhicules par jour qui l'empruntent : la principale entrée et sortie automobile de l'hypercentre de la ville, c'est une sorte d'autoroute à six bandes qui serpente à flanc de colline, entre Burenville et Cadran. Le quartier a été sacrifié à la voiture.

La voirie, pourtant, dépasse en capacité les nécessités du trafic. Le calibrage de plusieurs tronçons pourrait être réduit. D'où ce projet de créer un boulevard, un boulevard qualifié d'apaisé. Avec des arbres en berme centrale, deux rangées d'arbres qui encadrent une piste pour les bus, prélude à l'éventuelle ligne 2 du tramway.

Les deux carrefours majeurs seraient transformés en vastes giratoires. Les tunnels, à une exception près, seraient supprimés. Les murs de soutènement seraient verdurisés, avec même un "graphitage végétal".

Plus de 1000 logements seraient créés, par exemple par la réhabilitation d'intérieurs d'îlots, la transformation de bâtiment municipaux, ou des constructions neuves, entre autres sur l'actuelle zone de stationnement de la clinique Saint-Joseph. C'est un programme d'envergure, mais ce n'est pas pour tout de suite, c'est pour 2030.

Avec quel argent, direz-vous ? Ce n'est pas encore le moment de poser les questions qui fâchent...

Michel Gretry

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK