Liège-Guillemins: un dépôt pour les travaux du tram à l'école de l'Icadi. Et après?

Liège-Guillemins: le site de l'école de l'Icadi devient un dépôt pour les travaux du tram. Et après?
2 images
Liège-Guillemins: le site de l'école de l'Icadi devient un dépôt pour les travaux du tram. Et après? - © Tous droits réservés

A Liège, dans le quartier des Guillemins, que va devenir l'ancien terrain de l'école de l'Icadi qui fermera ses portes en 2021-2022? Les 150 élèves de cette école secondaire technique et professionnelle rue de Fragnée vont rejoindre progressivement la rue Jonfosse. Le bâtiment est vétuste. Dans un premier temps, son parking servira provisoirement de dépôt pour la construction du tram. Mais après? A proximité de la gare des Guillemins, ce terrain de l'Icadi appartient à la ville. Plus d'un demi-hectare qui va susciter sans doute pas mal de convoitise de la part des promoteurs immobiliers.

Plus d'un demi-hectare bientôt disponible près de la gare

Interdit de stationner jusqu'à décembre 2021! Visiblement, les autorités ont prévu large pour libérer l'accès au parking de l'école de l'Icadi dans le quartier des Guillemins... Christine Defraigne, échevine de l'urbanisme à Liège: "on permet d'y entreposer du matériel, des câbles etc... pour permettre l'extension du chantier du tram dans le centre-ville." Et après? Avec le parking, le terrain de l'école de l'Icadi constitue une belle parcelle de 5700 mètres carrés. Que vont-ils devenir?

Un dialogue entre la ville et la SNCB pour enfin aménager le quartier? 

La durée des travaux du tram va peut-être permettre à la ville de dialoguer d'abord avec la Sncb, gros propriétaire foncier dans le quartier des Guillemins avec qui la ville ne s'est jamais bien entendu. Un voisin avec lequel, la ville a eu de nombreux conflits notamment à propos de la tour des finances ou de la pelouse devant la gare... Un conflit qui a finalement nui à l'aménagement cohérent du quartier de la gare. L'échevine espère renouer le dialogue. "Il est tend de se parler entre pouvoirs publics pour voir la destination cohérente du quartier." De son côté le porte-parole de la SNCB  répond que "la SNCB entend jouer un rôle d’aménageur urbain dans la valorisation immobilière de ses terrains et bâtiments, avec le développement d’un environnement de gare qui rend l’usage du train encore plus attractif, tout en intégrant la gare comme un pôle essentiel et intégré dans le quartier, et en lui permettant de jouer un rôle de colonne vertébrale de la mobilité. Dans cet esprit, un dialogue constructif existe avec la Ville". Reste à voir si l'entente sera cordiale. Sinon, "la ville ne manque pas d'idées" précise l'échevine. 

Après la crise du covid, les projets d'urbanisme doivent être repensés 

Plusieurs promoteurs se sont déjà montrés intéressés. Mais pour y faire quoi? L'échevine y verrait bien du logement plutôt que des bureaux. "Entre des projets qui pouvaient exister avant la crise du covid et l'après-crise, peut-être que les besoins vont évoluer. On parle beaucoup de télétravail, de mobilité réadaptée aussi donc tout cela doit être pensé et même repensé et vous savez que la ville a besoin de logements de qualité. Cela fera partie de la réflexion."  Pour l'aménagement de l'ancienne école de l'Icadi, le ville doit encore rédiger son appel à projets.