Liège : Dominique et Stéphane, de la rue à un appartement rénové grâce à Habitat-Service

Dominique et Stéphane ont enfin un toit convenable
2 images
Dominique et Stéphane ont enfin un toit convenable - © rtbf

Comment trouver un logement décent quand on est minimexé, étranger sans revenu ou SDF. Depuis plus de 20 ans à Liège, l’association Habitat-Service aide principalement les sans-logis à trouver une demeure. L’association gère une cinquantaine d’habitations destinées à des personnes défavorisées. Le montant du loyer ne dépasse pas les 20% des revenus des locataires.

Une ancienne aumônerie métamorphosée en 6 logements

L' asbl vient de rénover entièrement  à Liège, une ancienne aumônerie. Cet énorme bâtiment du 19e siècle a été transformé en 6 logements d'insertion pour familles nombreuses et personnes seules. Stéphane et Dominique ont la quarantaine. Ce couple vit dans la rue depuis juin dernier. La nuit, il trouve refuge dans un abri de nuit.  Quatre de leurs enfants ont du, eux , être placés en institution. La semaine prochaine, ils occuperont leur appartement trois chambres entièrement rénové.  

Dominique découvre son futur appartement, elle est enchantée:"on était sur le CPAS et les propriétaires de maintenant ne sont pas trop d'accord de louer aux gens du CPAS. Nous, on n'a eu que des logements insalubres avec des problèmes d'humidité, des champignons sur les murs, des problèmes de chauffage. Ca n'allait vraiment pas! Ce ne sont pas des logements corrects avec des enfants en tout cas. Celui-ci il est nickel!" Quant au prix, il sera de 375 euros pour ce couple et ses enfants. Un prix enfin abordable. 

 

Logements insalubres ou trop chers

Le parc immobilier est généralement trop cher pour les personnes qui ne disposent que du chômage, du revenu d’insertion ou d’un petit salaire. Impossible pour elles de dénicher un bien ou alors on leur propose des logements proches de l’insalubrité. Mais au-delà de proposer un logement décent, Habitat- Service accompagne également les personnes précarisées : "au départ on ne travaillait qu’avec des sans-abri mais on constatait que ces personnes revenaient au bout de 6 mois dans les maisons d’accueil. Pour des raisons x ou Y, ils n’étaient pas bien, ils retournaient en rue et en maison d’accueil. Donc l’idée est d’accompagner ces personnes dans l’installation. Ça peut être cuisiner avec les gens, nettoyer avec eux ou les aider dans tout ce qui est administratif", explique Stéphane Lux, le directeur.

Pour Stéphane et Dominique, c’est enfin le bout du tunnel : "on est heureux surtout pour les enfants qui ont hâte de revenir à la maison."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK