Liège dispose maintenant de son Conseil consultatif de la nuit

Première réunion pour le nouveau Conseil de la nuit de Liège
Première réunion pour le nouveau Conseil de la nuit de Liège - © RTBF - Olivier Thunus

La ville de Liège a très officiellement installé mardi après-midi son "conseil de la nuit", comme dans les grandes métropoles européennes. Il sera actif dans les quartiers du Carré et Roture.  C'est un organe consultatif, chargé de remettre une fois l'an des avis et des propositions pour apaiser les relations entre toutes les parties concernées par la vie nocturne.

Organiser au mieux le vivre ensemble dans les rues les plus ardentes de la cité, du crépuscule à l'aube, voilà l'ambition de ce conseil. " La priorité est de veiller à réduire au maximum les nuisances que l’on peut rencontrer dans le cadre de la vie de la nuit, mais aussi d’entraîner un maximum de sécurité et un maximum de potentialité puisque à côté de ce qu’il faut régler, il y a aussi l’emploi, le tourisme, la réputation de la ville. Donc la vie nocturne offre aussi un certain nombre d’éléments positifs ", précise Willy Demeyer, bourgmestre de Liège.

Ce type de lieu de concertation entre autorités publiques et représentants des commerçants, les associations Horeca en était demandeuse : " C’est un outil supplémentaire pour montrer que Liège a la volonté d’être à la fois active la journée, mais aussi d’avoir beaucoup de présence à la fois culturelle, festive, ardente, le soir, avec les problèmes qui incombent à cette partie de la nuit et qui seront ainsi évoqués, résolus et qui pourront être concertés avec le conseil de la nuit. On aura peut-être une meilleure approche de ces problèmes en les envisageant à l’avance et en réfléchissant de manière concertée avec plusieurs personnes autour d’une table et pas seulement d’un côté de la table ", estime Frédéric Rinné, président de l'association de commerçants de l’Horeca du Carré.

Le conseil de la nuit se réunira un minimum de deux ou trois fois par an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK