Liège: de Salvador à Dali, la nouvelle grande exposition à la gare Calatrava

Liège: de Salvador à Dali, la nouvelle grande exposition à la gare Calatrava
3 images
Liège: de Salvador à Dali, la nouvelle grande exposition à la gare Calatrava - © Tous droits réservés

Ce sera l'événement exposition pendant les 6 prochains mois à Liège. La gare Calatrava accueille "de Salvador à Dali", la nouvelle grande expo conçue par l'asbl Collections et Patrimoine. Sur près de 2000 mètres carrés, œuvres originales, sculptures, peintures mais également témoignages sonores et décors "grandeur nature" permettront au visiteur de plonger dans l'univers de celui qui était un des maîtres du surréalisme.

"Dali, c'est le surréalisme donc on a voulu une exposition surréaliste. Quand on entre, on verra ainsi une voiture recouverte de pelouses et entourées de pneus. On a aussi reconstitué une sauterelle géante avec  des tendeurs, des jeux électroniques, des yeux géants aussi pour montrer les différentes facettes du génie de Dali. Dali, c'est un peu la folie. on a voulu que le spectateur soit baigné par cette sorte de folie", explique René Schyns, le président de Collections et Patrimoine.

Sculptures de 6 mètres de haut

La patte de l'asbl Collections et Patrimoine qui, il y a 25 ans déjà, avait créé l'expo Tout Hergé avant Tout Simenon, les Golden Sixties ou dernièrement J'avais 20 ans en 1914, c'est la mise en scène du thème. Ce sera encore le cas pour Dali. Pas question d'un simple accrochage d’œuvres. C'est ainsi qu'à l'entrée, deux sculptures monumentales de près de 6 mètres de haut guideront le visiteur vers les entrailles de la gare où le parcours commence par un Dali qui se présente lui-même  avant une reconstitution de la tombe de son frère. Ce frère mort très jeune peu avant la naissance de l'artiste portait d'ailleurs le même prénom. "Cette découverte a été pour Dali un traumatisme qui a guidé son parcours fait d'obsessions comme celle de la mort ou du temps qui passe à travers les montres molles par exemple", explique Sophie Meurisse, coresponsable artistique de l'expo la décomposition, "après l'enfance, la deuxième partie est consacrée à ses obsessions comme la politique, la religion , le sexe et aux différentes facettes de l'art de Dali. Il a fait du cinéma, de l'illustration, de la photographie. Il s'intéressait à tout et excellait dans tout. La troisième partie, c'est la plus connue, Dali, le trublion, l'homme public qui va utiliser les médias pour se faire connaître".

Au total près de 300 œuvres dont 150 authentiques prêtées par la Fondation Stratton. A la fin de l'expo, les artistes qui se sont ou s'inspirent encore de Dali pourront s'exprimer  avec des expositions temporaires. On attend notamment, en principe, celle des œuvres d'Amanda Lear, une des égéries du génial catalan.

L'exposition ouvrira ses portes le 27 février jusque fin août. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.expodali.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK