Liège: Curtius investit 3 millions d'euros dans une nouvelle brasserie quartier Saint-Léonard

Pour s'étendre, les deux jeunes brasseurs, Renaud Pirotte et François Dethier, ont choisi l'ancien bâtiment du constructeur de vélos "Diamond"
3 images
Pour s'étendre, les deux jeunes brasseurs, Renaud Pirotte et François Dethier, ont choisi l'ancien bâtiment du constructeur de vélos "Diamond" - © Tous droits réservés

A Liège, la brasserie Curtius investit 3 millions d’euros pour se développer dans le quartier Saint-Léonard. Installée en 2014 au pied de la montagne de Bueren, la microbrasserie s’est vite retrouvée retrouve à l’étroit. En pleine croissance, elle vient de racheter rue des Steppes, l’ancien bâtiment du constructeur de vélos Diamond. C’est là que les deux brasseurs indépendants de 31 et 33 ans, François Dethier et Renaud Pirotte, ont décidé de développer leurs installations. 

La bière Curtius sera entièrement brassée à Liège dès juin 2020

Renaud Pirotte explique qu’avant, "étant une brasserie urbaine en plein centre-ville, dans un quartier historique, nous avions dû splitter notre site en deux avec le brassage au pied de la montagne de Bueren et le soutirage et le conditionnement à Bierset." Très vite, la production a dépassé la capacité de 1500 hectolitres de bière par an de la microbrasserie urbaine de l'impasse des Ursulines. Pour le reste de sa production, Curtius s’est tourné alors vers la brasserie des Trois Fouquets (qui produit par ailleurs la Lupulus) à Gouvy. "Désormais nous pourrons faire tout sur un même site qui sera à Liège, rue des Steppes, du brassage jusqu’à la bouteille ou le fût."

De 1500 à 15.000 hectolitres par an: une autonomie de production multipliée par 10

La nouvelle brasserie C va occuper les 2700 mètres carrés d’un bâtiment occupé jadis par le constructeur de vélos Diamond, quartier saint Léonard. La brasserie va y installer une salle de brassage avec 3 cuves de 4000 litres et 9 cuves de fermentation de 8000 litres. Une autre partie sera consacrée à l’embouteillage, l’enfûtage et le stockage. Des bureaux sont également aménagés. Montant de l’investissement : 3 millions d’euros. A son ouverture prévue en juin 2020, la nouvelle brasserie pourra produire annuellement jusqu’à 15.000 hectolitres. De quoi gérer à l'avenir, la croissance, sans pression. L’année prochaine, la brasserie C devrait passer de 9 à 13 emplois.

Une philosophie du circuit court avec 75% des ventes en province de Liège

Curtius, Black C, Smash… En 2019, le volume des ventes de la brasserie artisanale a atteint les 5000 hectolitres. 75% concernent la province de Liège et 10% dans le reste de la Belgique.  Les jeunes brasseurs sont des adeptes de la philosophie du circuit court, qu' elle s’applique à la production, à la vente ou aux matière premières comme l’utilisation de son orge brassicole produite localement à Villers l’Evêque. Les 15 derniers pourcents des ventes se font à l’étranger. En France d’abord mais aussi aux Pays-Bas. Plus anecdotiquement, la bière est distribuée aussi au Japon, en Corée du Sud, aux Philippines et en Côte d’Ivoire. Ce sont souvent des Liégeois qui vivent à l’étranger qui découvrent la bière de retour à Liège et qui la distribuent à l’étranger.

Le café Curtius et les cuves de la montagne de Bueren restent en activité

Les deux jeunes brasseurs indépendants comptent continuer à y servir leurs bières mais aussi à y accueillir des brasseurs éphémères pour tester leurs recettes dans les cuves de 1000 ou 2000 litres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK