Liege Airport : une éclaircie derrière l'orage Fedex

L'aéroport de Liège va-t-il se relever après l'annonce de Fedex?
3 images
L'aéroport de Liège va-t-il se relever après l'annonce de Fedex? - © RTBF

L'aéroport de Liège va-t-il se relever après l'annonce de Fedex? Mardi dernier, le transporteur américain annonçait en effet son intention de supprimer 671 emplois dans son hub aérien de Liège. Malgré cela, l'activité de l'aéroport ne cesse de croitre. 2020 a d'ailleurs été une année record: 1.200.000 tonnes de marchandises sont passées par Liège.

Et cela a des conséquences sur les entreprises basées à l'aéroport. Des entreprises qui devraient engager cette année. Est-ce assez pour compenser les licenciements souhaités par Fedex?

Nous nous sommes rendus sur place, dans deux entreprises en pleine croissance.

Dans les mois qui viennent, nous pensons engager au moins une dizaine de personnes

"Liege Cargo Agency" organise le transport de fret. L'activité ne cesse d'augmenter. Dans le hangar, des palettes sont remplies de produits chinois à destination des 4 coins de l'Europe.

Résultat : en deux ans, l'entreprise est passée de 14 à 87 employés. Et cela devrait continuer cette année. Eric Bruckmann, Directeur Général: "On a développé divers projets qui ne sont pas nécessairement liés à l'e-commerce. Dans les mois qui viennent, nous pensons engager au moins une dizaine de personnes. Mais c'est vraiment un business très volatil. Du jour au lendemain, on peut perdre des pans de business. D'autres jours, en gagner".

Et pour l'instant, ce marché se porte bien. D'ailleurs, 2020 est une année record: 1 million 120 tonnes de marchandises sont passées par ici. Et ça, c'est tout bénéfice pour l'entreprise "Belgium Air Services", qui charge et décharge les avions et camions.

Ce sont des profils très intéressants pour nous

En trois ans, "Belgium Air Services" a engagé 100 travailleurs. 40 de plus pourraient la rejoindre cette année. Et les profils de Fedex l'intéressent. Alain Decors, Président Directeur Général: "Il y a une telle demande que le marché de l'emploi ne suffit plus. Les structures de formation en place sont saturées. S'il y a un peu d'optimisme à voir dans cette situation, c'est que ce sont effectivement des profils que nous recherchons: des gens qui sont capables de charger et de décharger des avions, des gens qui savent veiller au chargement des camions en temps, en heure, et dans les meilleures conditions. C'est sûr que ce sont des profils très intéressants pour nous".

Dans deux ou trois ans, on pourrait avoir comblé ces pertes

Ces profils expérimentés pourraient donc rebondir dans les autres entreprises de l'aéroport. Probablement pas tous, pas tout de suite, et surtout pas avec les mêmes salaires et les mêmes conditions de travail. Mais la santé de l'aéroport joue en leur faveur. Guénaël Devillet, Directeur du Service d'Étude en Géographie Économique Fondamentale et Appliquée: "La croissance de l'aéroport, les chiffres de la croissance de l'aéroport ces dernières années, si elle se poursuit, -et les tendances qui sont quand même favorables-, fait que, effectivement, dans deux ou trois ans, on pourrait avoir comblé ces pertes".

Tout cela dépend aussi des nouvelles entreprises qui vont s'installer ici. Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, par exemple, ne devrait générer que peu d'emplois directs. Par contre, il pourrait convaincre d'autres entreprises de se lancer dans l'aventure liégeoise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK