Liège: 28 kilomètres de documents conservés aux Archives de l'Etat

Liège: 28 kilomètres de documents conservés aux Archives de l'Etat
2 images
Liège: 28 kilomètres de documents conservés aux Archives de l'Etat - © RTBF

C'était journée portes ouvertes ce weekend aux Archives de l'Etat à Liège. Les Archives de l'Etat, une mine pour les généalogistes et les historiens. Certains documents qui y sont conservés ont plus de mille ans. Et une grande partie des ressources qui s'y trouvent sont en accès public toute l'année. Nous avons visité les lieux.

Des kilomètres d'archives

Des étagères à perte de vue. Des documents d'Etat-civil, du cadastre, des finances, des procès. Tout ça depuis la Principauté de Liège. Le volume d'archives est impressionnant. Anne Jacquemin, chef de service: "On compte en mètres linéaires. Vous avez une étagère ici qui a 5 planches, donc 5 mètres. Vous multipliez par le nombre d'étagères, de blocs, d'étages... Au total, on a 28 kilomètres! Ici, c'est le plus ancien des documents que nous conservons. C'est une charte de 862, du 9ème siècle donc, signée quand même par l'arrière-petit-fils de Charlemagne".

Des documents anciens, ou encore des documents de célébrités liégeoises. Dans les registres des naissances, on trouve par exemple l'acte de naissance de Georges Simenon, "né à Liège le 12 de ce mois". "La particularité, c'est que Simenon a toujours dit qu'il n'était pas né le 12 février" explique Anne Jacquemin. "Il est né le 13 février, qui était un vendredi. Mais sa maman était assez superstitieuse, et elle a encouragé son mari à déclarer la naissance le 12 à 23h30".

Pour connaître l'histoire de sa famille, de sa maison

"Beaucoup de visiteurs cherchent l'histoire de leur famille, de leurs ancêtres. Parfois, ils cherchent l'histoire de leur maison" souligne Anne Jacquemin. "Ils peuvent ici consulter les registres paroissiaux, les registres d'Etat-civil. Ils peuvent aussi les consulter en ligne. Pour faire l'histoire de sa maison, il y a le cadastre, les hypothèques, l'enregistrement. Les visiteurs auront une carte de lecteur qui est gratuite et qui est valable dans tous les autres dépôts d'archives".

Des archives qui ne sont pas encore toutes inventoriées. "Il faut donc attendre qu'elles soient classées" précise Anne Jacquemin. "Il faut qu'elles soient en bon état, qu'elles aient plus de cent ans, ou qu'elles ne posent pas de problème du point de vue de la vie privée. Vous consultez les inventaires, vous repérez les documents qui vous intéressent, vous pouvez déjà même préparer votre visite sur internet, et le personnel en salle de lecture ira chercher les documents".

Insolite: un registre communal troué par un shrapnel

Les Archives de l'Etat peuvent aussi dévoiler de l'insolite, comme ce registre communal troué par un schrapnel, un obus à balles. Un registre qui vient de Bellevaux-Ligneuville, près de Malmedy. Sa blessure date de la seconde guerre mondiale. Bernard Wilkin, historien: "Il s'agit d'un registre des délibérations du collège échevinal de la commune de Bellevaux-Ligneuville, près de Malmedy. Il a la particularité d'avoir été ouvert le 1er avril 1922 mais d'avoir, durant l'offensive des Ardennes, été traversé par un éclat d'obus. On peut dater assez précisément la date à laquelle il a été touché parce qu'il a transpercé l'écriture du secrétaire, et à partir de la date à laquelle il a été transpercé, on a commencé à écrire autour du trou. Le trou traverse de part en part le volume. On sait qu'il est rentré du côté de la couverture parce que le trou est plus petit de l'autre côté du registre".

Ce registre "blessé" est arrivé au dépôt d'Archives de Liège dans le cadre d'une convention avec la commune de Malmedy: les documents sont stockés, inventoriés, éventuellement restaurés sur le site de Cointe, en échange d'une somme modeste. Cela permet à la commune de libérer de la place dans ses bâtiments.

Notez que les portes ouvertes aux Archives de l'Etat, c'est en réalité toutes les semaines: la salle de lecture est en effet accessible du mardi au vendredi, à Cointe, rue du Chéra.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK