Libéraux liégeois et "visites domiciliaires": état des lieux

Lundi dernier, le vote à l'unanimité, au conseil communal de Liège, d'un texte qui s'oppose au projet de loi qui permettrait de perquisitionner un hébergeur d'un migrant en séjour illégal, a suscité des remous: les élus du Mouvement Réformateur, avec à leur tête Christine Defraigne, par ailleurs présidente du Sénat, ont approuvé la démarche, ce qui a révélé l'ampleur du malaise au sein de ce parti. Mais qu'en est-il exactement ? L'attitude des libéraux varie fortement selon les endroits, selon les majorités.

En fait, la fronde a commencé à Esneux, localité dirigée par la bourgmestre Laura Iker. Pas une seule voix contre la motion. Pas plus qu'à Marchin, en région hutoise, où tout le monde a suivi la proposition du Collège. Mais il faut dire que là-bas, un seul mandataire sur dix-sept est apparenté au MR.

Chaudfontaine, commune du ministre Bacquelaine, reste dans la ligne gouvernementale

Les socialistes calidifontains ont voulu débattre des "visites domiciliaires", mercredi. Mais leur motion, déposée tardivement, le jour-même à midi, n'a pas été prise en considération. Pas uniquement pour une question d'urgence: plutôt pas "manque d'intérêt communal". L'opposition s'est indignée de ce refus de discussion. Sans succès.

A Neupré, la prudence est la mère des vertus

Les neupréens ont également été saisis d'un dépôt de motion contre la loi en préparation. La bourgmestre libérale, Virginie Defrang, a joué la montre: elle a refusé l'urgence, avant de renvoyer le point, avec ses partenaires socialistes, à la séance du mois de mars. Un attentisme qui se comprend, puisque le premier Ministre Charles Michel mène de discrètes consultations pour trouver un compromis.. Mais les écologistes et les démocrates humanistes ont insisté, et ils ont réussi, avec l'appoint de l'ancien bourgmestre Arthur Cortis, à convoquer une réunion dans une huitaine de jours.

Et après ?

D'autres débats sont programmés, ailleurs, à Visé, à Aywaille, à Seraing et à Wanze, notamment. De quoi préciser peut-être l'existence ou non d'une ligne de démarcation entre une "tendance Defraigne" et une "tendance Bacquelaine".

 

A lire aussi:

>> Si vous n'avez rien suivi des tensions au MR sur les visites domiciliaires? Le résumé en cinq actes

>> David Clarinval ne cautionne pas le vote du groupe MR à Liège

>> Visites domiciliaires: que dit le projet de loi?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK