Levée de boucliers contre l'implantation d'un pylône de télécommunication à Racour

Simulations de la situation projetée extraites du dossier de demande de permis d'urbanisme
Simulations de la situation projetée extraites du dossier de demande de permis d'urbanisme - © Tous droits réservés

Dans le village de Racour, à Lincent, des habitants s’opposent à un projet d’implantation d’un pylône de télécommunication mobile.

Une enquête publique est en cours jusqu’au 18 janvier.

Telenet veut implanter ce pylône de 25 mètres sur un terrain situé en zone agricole au cœur de Racour. Ce relais de télécommunication serait constitué de 5 antennes.

Une pétition s’opposant au projet a recueilli 140 signatures dans ce village de quelque 500 habitants. Nathalie Dejace est à l’origine de cette pétition. Elle détaille les sources d’inquiétude des riverains : "La première, ce sont les impacts au niveau santé des ondes électromagnétiques. Le Centre international de recherches sur le cancer classe ce type de pylônes de télécommunication comme potentiellement cancérigènes pour l’homme. Dans le centre du village, nous avons un home avec des personnes âgées. Le directeur de ce home est également contre l’implantation parce qu’il craint des effets nocifs sur la santé de ses résidents. On a aussi une petite école communale. Parfois certaines études s’opposent mais, dans le doute, on préférerait ne pas subir un risque potentiel. La deuxième source d’inquiétudes, c’est la dévalorisation immobilière de nos terrains et de nos habitations. Troisième source d’inquiétudes : l’impact visuel ou esthétique."

"Nous souhaiterions que ce pylône soit situé hors de la zone habitée.", poursuit Nathalie Dejace, "On ne s’inscrit pas dans une opposition à tout ce qui est amélioration de notre réseau de téléphonie ou de télévision, mais on souhaiterait que l’emplacement soit approprié. Dans le dossier, il est bien noté que cet emplacement déroge aux implantations normalement prévues pour ce type de pylônes. Le plan de secteur indique c’est une zone agricole, donc qui ne devrait pas recevoir ce genre d’infrastructure. De plus, il se situe à moins de cinquante mètres des propriétés."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK