Les vergers sont déjà en fleurs au pays de Herve

Petite promenade au milieu des vergers dans le pays de Herve. La région est réputée pour ses sirops à base de pommes et de poires et pour son cidre aussi. L'heure n'est pas encore à la récolte. Les arbres de la région sont en fleurs pour le moment, une quinzaine de jours à l'avance et cela donne des paysages magnifiques.

Des poiriers, des pommiers, des cerisiers ou encore des pruniers. Sur le plateau de Herve, nombreux sont les arbres fruitiers disséminés entre les pâturages. Et en cette période de l'année, la plupart d'entre eux sont en pleine floraison. Si les vergers sont si nombreux dans le pays de Herve, c'est historique. Au 19ème siècle, les agriculteurs ont planté des arbres fruitiers dans leurs prairies pour diversifier leurs revenus. Benoît Wyzen, ingénieur agronome et amateur des vergers du pays de Herve, explique: "Ces arbres fruitiers, c'était principalement pour faire des fruits de bouche pour les villes de Liège, Maastricht et Aix-la-Chapelle et pour la transformation en sirop ou en cidre".

Floraison précoce ne signifie pas nécessairement bonne récolte

L'hiver très doux et l'absence de gel ces dernières semaines ont provoqué une floraison beaucoup plus précoce. La nature est en avance d'une quinzaine de jours sur le calendrier. Et cela n'est pas nécessairement annonciateur d'une bonne récolte. "On est relativement tôt et il faut qu'il ait des insectes pour polliniser les fleurs. Une fois que les fleurs seront pollinisées, il ne faudrait pas qu'il y ait du gel car le fruit qui est fécondé risquerait de geler et de tomber", explique Benoît Wyzen.

Si aujourd'hui, il existe encore une quinzaine de vergers dans la région, ils étaient plus nombreux dans les années 70. Des primes ont été offertes pour la destruction d'arbres fruitiers à cause de la surproduction de fruits. Même si d'anciennes variétés commencent à nouveau à être replantées. "Depuis une dizaine d'années, un certain nombre de personnes commencent à se remettre à cultiver des arbres hautes tiges, des anciennes variétés. En gros, au niveau du pays de Herve, on peut dire que plus ou moins 1000 arbres par année sont replantés par des amateurs, par des agriculteurs, par des privés", explique Benoît Wyzen.

D'ici quelques années, le printemps devrait donc être davantage coloré sur le plateau de Herve.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK