Les vendeurs de déguisements rêvent d’Euro(s) pour se remplumer

Après une année difficile, marquée par l’annulation de nombreux événements festifs, les loueurs et vendeurs de déguisements espèrent beaucoup de l’Euro de football. Plusieurs d’entre eux proposent des accessoires pour supporter nos Diables Rouges durant la compétition.

Du chapeau à l’écharpe, en passant par le maquillage, la perruque et la corne de brume : il est possible de se procurer la panoplie complète du parfait supporter.

"Les commerces de déguisement comme nous, on rame depuis 15 mois. On espère que les supporters viendront dans les petits magasins de fête plutôt que dans les grandes surfaces", explique Corinne Leclercq, la responsable du magasin liégeois de location et de ventes de déguisements Abracadabra. "Il n’y a pas une grande différence de prix, maximum 10%. Les grandes surfaces ont bien vendu pendant une année et ils font beaucoup de publicité. Alors que nous, les petits commerces, nous avons besoin d’aide. Finalement, en passant par chez nous, le client ne sera ni déçu, ni ruiné et il aidera les commerçants locaux".

L’espoir d’un allègement des mesures sanitaires

Le magasin de Corinne a déjà reçu plusieurs appels mais les ventes ne décollent pas. "Les gens nous téléphonent pour savoir si nous avons du matériel mais ça n’aboutit pas à un achat car ils attendent le prochain comité de concertation. Ils ne savent pas encore ce qu’ils pourront aller voir. Est-ce qu’ils pourront aller suivre les matchs sur écrans géants ? Est-ce que les cafetiers vont mettre des télévisions en terrasse ? Pour le moment, on reste dans le flou."

Les vendeurs de déguisements attendent donc beaucoup du prochain CoDeCo. D’après une circulaire de la ministre des Affaires intérieures Annelies Verlinden (CD&V), 400 spectateurs à l’extérieur et 200 en intérieur devraient être autorisés à assister à la diffusion des matchs, sous réserve d’avoir réservé leur place. Ces mesures devraient être confirmée ce vendredi 9 juin. Sans un allégement des règles sanitaires pour la diffusion de la compétition, les vendeurs de déguisements risquent de rater le coche. "Le supporter qui regarde la TV chez lui en famille ne vient pas acheter des articles. Mais je pense que l’on a tous envie de faire la fête dehors. On attend de savoir si on va pouvoir le faire et on espère que ça sera le cas", conclut la gérante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK