Les travailleurs du groupe Nethys inquiets pour leur avenir

Les travailleurs du groupe Nethys sont inquiets pour leur avenir
2 images
Les travailleurs du groupe Nethys sont inquiets pour leur avenir - © RTBF

Chez Nethys, tous les membres du conseil d'administration ont démissionné. C'est la suite, assez logique, après l'annonce du gouvernement wallon de casser les décisions de ventes de plusieurs filiales du groupe.

Mais derrière Nethys, il y a aussi des milliers de travailleurs, dans l'ombre. Comment vivent-ils toute cette affaire? Nous sommes allés à leur rencontre.

Il faut absolument des réponses

Les organisations syndicales sont inquiètes pour les travailleurs. Christine Planus, déléguée principale de la CGSP au sein d’Enodia, salue la prise de position hier du gouvernement wallon: "C'est un geste fort que le personnel attend depuis longtemps: qu'on arrête les ventes où on a bradé des sociétés avec un potentiel certain. Il est temps de mettre les choses à plat et de voir avec des actionnaires publics ce qu'on peut faire".

La déléguée explique qu'elle est en contact avec des collaborateurs inquiets pour leur avenir: "Il y a une grande inquiétude depuis longtemps et là, évidemment, ça se précise. On sait qu'il va y avoir des partenaires qui vont reprendre certaines activités mais là, de plus en plus, le personnel est inquiet. C'est quand même beaucoup d'emplois sur Liège, sur Strépy, sur Bruxelles. Il faut absolument des réponses et que soient consolidés les emplois".

Le call center de VOO se trouve à Herstal. Son nom: le WBCC. Plus ou moins 400 personnes y travaillent. Leïla Majdoub, déléguée CNE: "On leur dit qu'il ne faut surtout pas s'inquiéter pour le maintien de l'emploi. Et puis on leur dit qu'il faut s'inquiéter. Donc pour finir, ils ne savent plus à quel saint se vouer et on les comprend bien. On est une entreprise qui essaye de se maintenir et de grandir. Donc on a aussi des intérimaires chez nous qui aimeraient pouvoir imaginer continuer à travailler longtemps et devenir des travailleurs employés contractuels de WBCC. Ils s'interrogent sur le fait de savoir si des contrats seront encore signés".

De toute évidence, les travailleurs attendent des explications sur ce qu'ils vont vivre ces prochaines semaines, ces prochains mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK