Les travailleurs de la FN Herstal sont en grève

A la suite d'une assemblée générale ce matin, les travailleurs de la FN Herstal ont décidé de débrayer.

Depuis plusieurs années, ils demandent à la direction une nouvelle organisation du travail pour que l'usine soit exploitée au maximum de ses capacités.

Une partie de la production est aujourd’hui externalisée aux États-Unis. Et pour eux, ce n'est pas justifié.

Les salariés d'Herstal craignent donc, à terme, des licenciements, peut-être massifs. Giani Angelucci, porte-parole de la FGTB pour la FN Herstal: "En avril 2016, nous étions en mouvement de grève. On avait passé un accord avec la direction, le président du conseil d'administration, et un représentant de la Région wallonne. Ils s'étaient engagés à faire des mesures de correction dans la boite pour amener plus de charges de travail et une meilleure gestion du potentiel de l'entreprise. On devait faire un bilan après six mois. Nous sommes au bilan, qui est catastrophique. Est-ce qu'on va arriver à des licenciements massifs? A l'heure actuelle, non, on ne pense pas ça. Par contre, s'ils ne réagissent pas, à terme, c'est une éventualité très grande".

Quelles actions?

"Les actions décidées par le front commun CNE-SETca-CSC-FGTB sont la fermeture de l'usine à partir d'aujourd'hui" explique Giani Angelucci. "Et puis à partir de lundi, tous ceux qui n'ont pas respecté leurs engagements et qui n'ont pas pris les bonnes décisions industrielles iront réfléchir à l'extérieur et devront amener des mesures concrètes pour pouvoir repénétrer dans l'usine".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK