Les soucis de Stéphane Moreau avec l'assureur Ethias: un réquisitoire de renvoi en correctionnelle

Le procureur général Catrice demande le renvoi de tous les inculpés en correctionnelle, mais "pourrait ne pas s'opposer" à l'une ou l'autre suspension du prononcé
Le procureur général Catrice demande le renvoi de tous les inculpés en correctionnelle, mais "pourrait ne pas s'opposer" à l'une ou l'autre suspension du prononcé - © Michel Gretry

C'est un caillou dans la chaussure du patron du groupe Nethys: l'histoire de l'arbre de son jardin, tombé sur une gloriette, une sorte de kiosque, du voisin. Quand il contacte sa compagnie d'assurance, il s'aperçoit qu'il n'est pas couvert. Mais la société Ethias, au titre de geste commercial, couvre néanmoins les frais. Suite à une lettre anonyme, la justice liégeoise ouvre une enquête. Une demi-douzaine d'employés sont arrêtés dans les bureaux de l'entreprise, et enmenés, menottes aux poings, sous les yeux de leurs collègues.

Quatre ans après cette perquisition à grand spectacle, l'affaire est examinée en chambre du conseil: c'est l'instance qui doit décider ou non d'un procès correctionnel. Ce lundi, le procureur général Catrice a prononcé son réquisitoire: il estime que son dossier contient suffisamment d'indices de faux, usage de faux, escroquerie, abus de confiance et faux comptable pour demander le renvoi des neuf inculpés devant un tribunal,. Neuf prévenus, y compris l'ancien président du comité de direction d'Ethias, qui a toujours estimé qu'elle n'a subi aucun préjudice... Difficile dès lors de comprendre pourquoi d'autres membres du comité de direction d'Ethias échappent, eux, aux poursuites....

Mais le magistrat a ajouté qu'il pourrait ne pas s'opposer, au cas par cas, à des "suspensions de prononcé", c'est-à-dire, d'en rester là. Les faits datent d'une dizaine d'années...

Pour plusieurs avocats, ce mélange de jusqu'auboutisme et de clémence, c'est un signe: ce qui est visé, ce n'est pas tellement l'opération par laquelle le voisin a été dédommagé, et son caractère frauduleux,mais plutôt Stéphane Moreau en personne. Lequel a toujours démenti la moindre irrégularité. Les débats reprennent ce jeudi. La décision n'est pas attendue avant le début mai...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK