Accès aux malvoyants: des menus en braille dans les restaurants?

Un menu en braille pour plus d'autonomie des aveugles
Un menu en braille pour plus d'autonomie des aveugles - © Tous droits réservés

Sortir boire un verre ou manger au restaurant n’est pas toujours une mince affaire quand on est aveugle ou malvoyant. L’ASBL liégeoise La Lumière incite les restaurateurs de la province à proposer leur menu en braille.

Les membres de cette ASBL ont démarché quelques 1600 restaurateurs. Elle leur propose de transcrire gratuitement leur carte en braille. Ensuite, seule l’impression est à la charge du restaurateur. Il faut compter une dizaine d’euros par menu, au maximum. Pour l’instant, seul un restaurateur a répondu à l'appel. Mais il faut dire que l’initiative est toute récente : les courriers ont été envoyés il y a quelques jours à peine. André Leyh est le gérant de deux restaurants à Liège, qui portent le même nom : le 12-30. Il est le premier à avoir commandé ses cartes en braille. "Pour des raisons familiales, j'ai toujours été sensible au problème du handicap physique", assure le patron du restaurant. "Nous avons décidé de faire des restaurants de plain-pied pour les personnes à mobilité réduite. Donc pour nous cela semblait évident d'offrir à un peu plus de personnes encore, la possibilité d'aller au restaurant comme Monsieur et Madame tout le monde".

L'entraide reste indispensable

Le 12-30, c’est en fait un bar à salades où l’on compose soi-même son assiette. Les aveugles et malvoyants ont maintenant accès à un mode d’emploi et à la liste des ingrédients. Par contre sur les étalages, là où l’on sélectionne ses produits, il n'y a pas d’étiquette en braille. "C'était impossible", se justifie le restaurateur. "Si on mettait des étiquettes partout, certains auraient mis par inadvertance leurs doigts dans les desserts, par exemple. On mise aussi sur la complémentarité des clients valides par rapport aux non-valides. On va aiguiller la personne malvoyante vers le menu et on compte aussi sur les autres clients pour l'aider." En résumé, ce menu en braille, c'est un pas vers un peu plus d'indépendance pour les clients qui souffrent d'un handicap visuel. Mais pour s'en sortir vraiment, l'entraide reste incontournable.

Des codes très spécifiques

Aujourd'hui, les restaurateurs seraient très peu sensibilisés à la question de la déficience visuelle. Les établissements qui proposent une carte en braille son rarissimes. Et l'accueil d'une personne aveugle ou malvoyante va bien au-delà d'une simple carte personnalisée, comme l'explique Aurélie Jacqmin, de l'association La Lumière : " La disposition dans l'assiette par exemple, est très spécifique. La viande doit être 'à 6 heures', les légumes 'à 9 heures'. Et cela en général, les restaurateurs ne le savent pas."

La porte-parole de l’ASBL La Lumière ne parle pas de mauvaise volonté, mais plutôt de méconnaissance de la part des restaurateurs. Et la sensibilisation, c’est justement l’objectif que se sont fixé les membres de cette association.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK