Les premiers melons bio hesbignons ont été récoltés

Charles-Edouard Jolly
6 images
Charles-Edouard Jolly - © RTBF - Martial Giot

A Antheit, sur la commune de Wanze, la Ferme bio du Val Notre-Dame a eu l'idée de se lancer dans une culture originale pour notre région, celle du melon. L'expérience est plutôt prometteuse.

La ferme s'était déjà diversifiée. Elle produit des fraises qu'elle vend directement dans son échoppe située à moins de 500 mètres des serres. Depuis la fin de la semaine dernière, elle y propose ses premiers melons. Charles-Edouard Jolly, de la ferme bio du Val Notre-Dame: "Il y a deux variétés, les gros jaunes qui sont les melons Galia, et à côté de ça, on a un melon de type charentais, mais ils ne sont pas encore mûrs".

Une culture à titre expérimental

Cette culture de melons, pour l'instant, c'est à titre expérimental: "On voulait voir si on maîtrisait la culture, si on arrivait à les faire pousser, et s'ils étaient goûtus. A priori, le test est plus que réussi, en tout cas les Galia, les gens les apprécient beaucoup. C'est un melon un peu moins sucré, qui a une chair plutôt verte-blanche, mais qui est très goûtu. L'autre variété, on la récoltera d'ici une bonne semaine. On verra les résultats que ça donne, mais on a plutôt bon espoir".

Le melon est un fruit qui peut être cultivé de deux manières, comme le souligne Charles-Edouard Jolly: "Soit on le laisse ramper au sol comme nous on le fait, il faut alors le tailler deux à trois fois sur l'année parce que c'est une plante qui est très végétative. Ou alors on peut le faire monter, un peu comme des tomates sur des fils. Malheureusement, nous ne sommes pas équipés pour faire cela, il faut vraiment des serres maraîchères, ici on a des serres qui sont plus petites, qui sont des serres des fraisiers et qui n'ont pas de transversales sur lesquelles on pourrait attacher les fils".

La culture du melon pourrait d'ailleurs être complémentaire à celle des fraises: "Dans le cas où on a des fraisiers très précoces, on pourrait replanter des melons sous les serres dans lesquelles on a exploité les fraisiers". Une culture sous serre obligatoire en Belgique, "parce qu'on est obligés d'avoir une température au minimum de 20-25 degrés".

La qualité plutôt que la quantité

Cette année, environ 200 melons devraient être récoltés: "On a planté un peu plus d'une centaine de plants de melons. J'espérais pouvoir en avoir 3 ou 400. A mon avis, on sera plus autour des 200 melons. Le but, ce n'est pas de devenir un gigantesque producteur de melons, mais de pouvoir un peu compléter notre offre, toujours dans notre souci de diversification à la ferme. Ce qu'on veut, c'est se démarquer. On ne prône pas la quantité mais plutôt la qualité des produits qu'on propose".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK