Les piscines liégeoises rouvrent au compte-goutte

La nouvelle piscine Jonfosse, à Liège, est à nouveau ouverte depuis le mois de décembre.
La nouvelle piscine Jonfosse, à Liège, est à nouveau ouverte depuis le mois de décembre. - © RTBF

L’annonce avait pris tout le monde de cours. Depuis le 1er décembre, les piscines sont à nouveau autorisées à accueillir les nageurs. Mais en pratique, c’est plus compliqué.

De nombreuses analyses à faire, un protocole sanitaire strict à respecter, des problèmes techniques après une fermeture prolongée, des travaux en cours… Les piscines rouvrent au compte-goutte, et certaines sont toujours fermées.

Dans l’arrondissement de Liège, 8 piscines ouvertes sur 14

Sur la quinzaine de piscines publiques couvertes que compte l’arrondissement de Liège, 8 sont ouvertes à tous. Certaines accueillent les baigneurs depuis la mi-décembre, comme celles de Grâce-Hollogne ou encore d’Herstal.

D’autres, ont attendu le début de l’année, histoire d’avoir le temps de s’organiser. C’est le cas des piscines d’Aywaille ou d’Oupeye, qui ont repris du service il y a quelques jours.

La piscine de Seraing, avait quant à elle rouvert ses portes dès le mois de décembre, mais avait dû refermer presque aussitôt. En cause : la présence de légionelles, bactéries responsables de la légionellose. Mais depuis le début de la semaine, la piscine olympique est elle aussi, à nouveau ouverte au public.

Seraing, Aywaille, Oupeye, Grivegnée, ouvertes depuis le début de la semaine

A Liège, la piscine Jonfosse est ouverte depuis le mois de décembre, celle de Grivegnée est à nouveau accessible depuis le début de la semaine. Celles d’Outremeuse et du Sart-Tilman sont accessibles pour des publics bien spécifiques – écoles, clubs, sportifs de haut niveau…- mais restent à ce stade fermées pour le grand public.

La petite piscine de Neupré est elle aussi accessible à un public restreint : pour l’instant, seuls les habitants de la commune peuvent aller s’y baigner.

Enfin, certains établissements ont profité de la fermeture prolongée pour programmer des travaux de réfection. Travaux qui sont toujours en cours. C’est le cas à Visé et à Fléron.

Avant de piquer une tête : planification et réservation

Pour les nageurs ou ceux qui veulent simplement barboter, des possibilités existent donc et elles sont de plus en plus nombreuses. Reste que par les temps qui courent, piquer une tête, ça ne s’improvise pas. Protocole sanitaire oblige, les entrées sont limitées. La très grande majorité des établissements exigent une réservation préalable.

JT du 06/01/2021: Piscine, caméras de prévention de la noyade à Andenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK