Les photos au gué de Royompré (Jalhay), c'est terminé

Une barrière empêche désormais l'accès au gué
Une barrière empêche désormais l'accès au gué - © RTBF - Olivier Thunus

Photographier sa voiture au gué de Royompré, c’est fini. Depuis quelques années, ce village jalhaytois est pris d’assaut de jour et même parfois de nuit par des adeptes des réseaux sociaux. La raison : il s’y trouve un gué, un passage où un cours d’eau peut être traversé à pied, où il est possible de photographier sa voiture en lui donnant l’impression de rouler sur l’eau. Effet garanti. Mais cela amène de nombreuses nuisances aux riverains.

La commune a donc réagi en fermant physiquement l’accès au gué. Désormais, une barrière empêche les voitures d’accéder à ce gué très prisé des photographes : " On a pris la décision de carrément fermer le gué avec une barrière forestière. A côté de la barrière, il y aura un passage qui va être aménagé proprement, pour les piétons, vélos et chevaux, sans bien sûr ouvrir une brèche aux voitures. On espère qu’avec ça, ce ballet de voitures va cesser. Il y a même eu une ambulance qui est venue récemment de la région d’Anvers pour se faire photographier dans le gué. Il y avait un ras-le-bol des riverains et on était mitraillé de courriels ", explique Michel Parotte, échevin.

Les riverains étaient excédés par les nuisances. Ils sont aujourd’hui soulagés, à l’exemple de Julien Mathieu, l’agriculteur possédant les prairies de l’autre côté du gué : " Nous sommes soulagés dans le hameau, même si à titre personnel je vais devoir très régulièrement descendre de mon tracteur pour ouvrir cette barrière parce qu’un tiers de ma superficie agricole est situé de l’autre côté de ce gué. Maintenant nous avons un grand espoir, c’est que très vite ça va se dire et qu’à terme, le lieu puisse garder sa quiétude avec la barrière ouverte ", espère-t-il.

Désormais, seuls cet agriculteur, la Division Nature et Forêt et les services de secours disposent de la clé permettant d’ouvrir la barrière.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK