Les ouvriers de Segal sont soulagés: le risque de vente de l'usine s'éloigne

L'usine Ségal: un ouf! de soulagement
L'usine Ségal: un ouf! de soulagement - © Tous droits réservés

Les règles européennes de la concurrence ont anéanti la volonté des deux géants de la sidérurgie TataSteel et ThyssenKrup d'unir leurs destinées. Vendredi dernier, dans le but d'éviter une trop forte concentrations d'outils, de nouvelles concessions ont été exigées, pour que ce rapprochement soit autorisé. Les deux partenaires, en négociations depuis pratiquement un an, ont renoncé au projet de mariage. 

Du côté de l'usine flémalloise Segal, filiale de TataSteel, c'est plutôt une bonne nouvelle. La vente de cette ligne de galvanisation de tôles a été envisagée précisément dans le cadre de ces fiançailles. C'est une entreprise en excellente santé, et les candidats au rachat n'auraient sans doute pas manqué. Mais la perspective de quitter une filière efficace et intégrée de production d'aciers pour l'industrie automobile a inquiété les syndicats. C'est donc le soulagement, même si le maintien de Ségal dans le périmètre de TataSteel n'est peut-être qu'un sursis....

En octobre 1986, l'usine Segal, à Flémalle, filiale commune de Cockerill Sambre, Sidmar et Hoogovens, inaugurait sa nouvelle ligne de galvanisation. Coût de l'investissement : 3 milliards 500 millions 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK