Les opposants aux éoliennes de Lambiester subissent une sévère défaite

Les champs d'éoliennes ne doivent pas nécessairement épouser le relief: elles peuvent suivre d'autres lignes de force des paysages, comme les lignes  à haute tension
Les champs d'éoliennes ne doivent pas nécessairement épouser le relief: elles peuvent suivre d'autres lignes de force des paysages, comme les lignes à haute tension - © Tous droits réservés

Des éoliennes en zone forestière, c'est plutôt inhabituel. C'est pourtant le projet du groupe Luminus, sur les hauteurs de la commune de Lierneux, au lieudit Lambiester. Il faut dire qu'à cet endroit, un couloir, large de trois cents mètres, percé entre les sapins, permet le passage d'une ligne à haute tension. Il s'agirait d'implanter les mâts en deux rangées, sur deux parallèles à l'alignement des pylônes rouge et blanc. La Région wallonne voit dans ce "regroupement d'infrastructures" une manière d'économiser l'espace rural, et le ministre de l'Aménagement du territoire a donc octroyé un permis. .

Mais, pour plusieurs habitants, c'est inacceptable. C'est une atteinte au paysage. Plusieurs commissions techniques ont d'ailleurs rendu des avis négatifs. La ligne à haute tension, en effet, est perpendiculaire à la crête de la colline qui domine les alentours, entre deux vallées. L'impact visuel, renforcé par le mouvement des pales, heurte brutalement l'apparence "naturelle" des lieux. Ils sont donc quelques-uns, avec l'appui d'une société immobilière qui gère un château du voisinage, à avoir sais le conseil d'état d'une demande de suspension. Mais ils viennent d'être déboutés.

Pour les magistrats, une ligne à haute tension, certes "artificielle", peut constituer un élément majeur de la structure d'un paysage. Un élément peut-être pas de premier ordre, mais important. Il n'est pas interdit de renforcer ce trait... 

Tous les autres arguments des opposants sont balayés. Ils n'ont pas définitivement perdu la bataille: ils peuvent poursuivre leur requête en annulation; mais ça risque de prendre plusieurs années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK