Les moutons doivent quitter les Hautes-Fagnes, ils ne broutent pas assez les plantes néfastes

Les moutons doivent quitter les Hautes-Fagnes, ils ne broutent pas assez les plantes néfastes (Image d'illustration)
Les moutons doivent quitter les Hautes-Fagnes, ils ne broutent pas assez les plantes néfastes (Image d'illustration) - © AREF KARIMI - AFP

En vous baladant sur le haut plateau des Fagnes, vous avez sans doute déjà aperçu des moutons en pâture. La présence d'un berger et ses bêtes était une expérience menée depuis une vingtaine d'années par la Région wallonne pour éliminer une plante qui étouffe les espèces fagnardes. Le contrat avec le berger s'est achevé fin décembre et le bilan vient d'être dressé: l'expérience n'est que très partiellement positive

Des moutons qui broutent la molinie depuis 20 ans

La plante qui étouffe les espèces fagnardes est la molinie. Ses victimes sont principalement les linaigrettes et la sphaigne, cette mousse qui retient l’eau et donne la tourbe. Pour l’éradiquer, le Département Nature et Forêts avait fait appel à un berger pour que ses moutons broutent la molinie dans deux zones de la réserve naturelle : la Grande fange et la fagne des Deux-Séries. 

"Dans la grande fange, les résultats sont assez positif, la molinie a un peu régressé et les plantes caractéristiques ont très fortement progressé depuis qu’il y a du pâturage" observe Pascal Ghiette, biologiste à la Région wallonne. "Pour la fagne des Deux-Séries, l’impact est négligeable. On est passé de 95% à 89% de surface occupé par la molinie. C’est insignifiant sur une si longue période" ajoute-t-il.

Reverra-t-on des moutons dans les Fagnes?

La Région wallonne a suspendu l’expérience du pâturage. Le berger des Fagnes doit quitter les lieux incessamment et les étables devront être démontées. Revoir des moutons reste possible dans la Grande Fange, mais sans doute pas dans la Fagne des Deux-Séries. "Dans ce secteur-là, nous continuons à agrandir les zones restaurées mécaniquement. Là où ça a marché, nous allons reprendre du pâturage mais sur des surfaces réduites" confirme le biologiste.

Un marché public sera lancé dans les prochains mois pour désigner le futur gardien de troupeau dans la Grande Fange.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK