Les huit hectares de l'ex-usine Cuivre et Zinc à Grivegnée sont vendus

L'ultime survivance de l'indutrie du cuivre, en région liégeoise
3 images
L'ultime survivance de l'indutrie du cuivre, en région liégeoise - © Michel Gretry

Le site des anciennes usines à cuivre et à zinc a enfin trouvé preneur. Cette vaste friche industrielle s'étend sur huit hectares. Elle est à l'abandon depuis de longues années.

L'entreprise, ex-fleuron de la Société Générale, a encore employé cent cinquante personnes, au début de la décennie, pour fabriquer des tubes en alliage pour les salles de bains. Elle a connu auparavant une longue et lente agonie. Après une première faillite dans les années quatre-vingts, elle a été suédoise, finlandaise, espagnole puis chinoise, et elle a définitivement arrêté ses fours voici quatre ans. Depuis, les curateurs ont multiplié les efforts pour dénicher un acquéreur, avec même des prospections à l'international.

C'est finalement avec un investisseur immobilier malmédien que la transaction a pu se conclure. Selon nos informations, il s'agit du groupe de construction Gehlen et de sa filiale Serbi, spécialiste du recyclage de bâtiments. L'offre, qui dispose apparemment de solides garanties bancaires, doit encore être homologuée par le tribunal de commerce. La signature des actes notariés doit intervenir en octobre. Dans l'attente, la plus grande discrétion est de mise sur les détails des projets du futur propriétaire, et quant à l'affectation de cette parcelle, Elle pourrait  connaître un important développement, qu'il soit résidentiel ou autre, puisqu'elle est idéalement située en bordure d'autoroute, à proximité du chemin de fer et de commerces.  Incontestablement, cette entrée de ville s'apprète à se redessiner.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK