Hôpital de la Citadelle: payer le double pour avoir un rendez-vous plus vite?

Vous pourrez suivre une enquête bien plus large de Frédéric Deborsu dans l'émission Questions à la Une, ce mercredi soir.
Vous pourrez suivre une enquête bien plus large de Frédéric Deborsu dans l'émission Questions à la Une, ce mercredi soir. - © RTBF

Ce mercredi soir, le magazine Questions à la Une ira pousser la porte des services de facturation dans les hôpitaux.

La politique de certains hôpitaux est très interpellante, notamment au CHR de la Citadelle. Si les patients veulent être soignés plus rapidement, ils doivent payer le double tarif. C'est ce qui ressort de plusieurs témoignages qu'ont recueillis les équipes de Questions à la Une.

Parmi ces témoignages, celui d'une maman d'une petite fille d'un an et demi, qui souffre d'un problème de marche. Elle s'est vue proposer deux types de consultations avec un médecin à l’hôpital de la Citadelle. Une classique, en octobre, ou une consultation en février, mais à double tarif. Il faut donc payer plus, pour voir le médecin 8 mois plus tôt. René, un autre patient, s'est retrouvé face à la même proposition: "J'ai accepté le tarif double étant donné que j'ai énormément de douleurs. Est-ce qu'on va devoir être riche pour se soigner? Je commence à me poser la question".

Ces deux histoires paraissent en totale contradiction avec les valeurs que défend l'hôpital de la Citadelle. Sur son site, on peut en effet lire que l'accès à tous aux soins de santé est un droit et l'égalité de traitement un devoir.

L'hôpital se justifie tant bien que mal. Selon le docteur Jean-Louis Pepin, ces tarifs à géométrie variable, c'est un moyen de garder les meilleurs médecins au sein de l’hôpital: "Nous sommes dans une société qui favorise l'argent. L'hôpital n'échappe pas à cette règle. Ce qui me chatouille, c'est que tous les patients n'aient pas accès à la même ligne de soins, quel que soit leur niveau de revenu. On essaye nous, en tant qu'institution publique, de contrôler le phénomène".

Quant aux patients qui nécessiteraient une intervention plus rapide, "pas de problème", conclut ce médecin, ils peuvent toujours s'adresser aux urgences.

Vous pourrez suivre une enquête bien plus large de Frédéric Deborsu dans l'émission Questions à la Une, ce soir.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK