Les habitants de Lixhe incommodés par un énorme tas de déchets odorants

Les riverains de l'entreprise Sarec à Lixhe, près de Visé, se plaignent de l'odeur dégagée par les déchets qui y sont stockés. Une odeur qu'ils qualifient d'insoutenable mais qui s'est fortement atténuée ces derniers jours. L'entreprise reconnaît le problème et a pris des mesures. En attendant, la quantité de déchets est impressionnante.

Un monticule de 20 mètres de haut et d'une centaine de mètres de long, voilà l'ampleur prise par ces déchets. Au premier abord, on croirait voir du sable, mais il n'en est rien. Il s'agit de déchets de construction mais aussi de déchets organiques. D'où l'odeur décrite par les riverains. Un d'entre eux témoigne : "Ça pue vraiment très très fort. Les enfants rentrent à cause de l’odeur et nous sommes obligés de fermer portes et fenêtres pour empêcher l’odeur de rentrer. C’est vraiment intenable".

L'entreprise, spécialisée dans le recyclage et le traitement de déchets, débutera ses activités en octobre. C'est en attendant ce moment qu'elle a commencé le stockage. Avec toutes les autorisations nécessaires puisqu'elle dispose d'un permis unique valable jusqu'en 2036.

Face au problème, les activités de stockage ont été interrompues et les déchets ont été aspergés d'un produit neutralisant l'odeur. Une grue de 40 m de haut vient aussi d'être achetée pour arroser les déchets. Le riverain interrogé reconnaît les efforts : "De fait, on peut dire que depuis deux ou trois jours, ça sent un peu moins fort mais ça ne résout pas totalement le problème".

Du côté de la commune, l'échevin de l'environnement, Luc Lejeune, compte bien s'attaquer au problème: " Nous mettons tout en œuvre et nous espérons pouvoir obtenir des résultats dès que possible, en concertation ou par la contrainte, avec l’exploitant. La Région wallonne peut en tout cas durcir les conditions d’exploitation", précise-t-il.

Une solution que les riverains espèrent bien avant les chaleurs de l'été.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK