La ville de Liège veut mobiliser l'épargne populaire pour une ambitieuse politique du logement

Willy Demeyer, visiblement satisfait du programme de sa nouvelle majorité
Willy Demeyer, visiblement satisfait du programme de sa nouvelle majorité - © Michel Gretry

C'est un document de septante-huit pages qui trace la "feuille de route" de la majorité socialiste-libérale. Il a pour ambition de prendre de la hauteur, de dépasser les clivages, et de jeter les bases d'une sorte d'union sacré liégeoise, à l'image de la coalition des forces vives qui a permis d'aboutir dans le dossier du tram.

L'un des objectifs consiste à développer le logement public, et d'arriver à une proportion de dix pour cent. Parmi les moyens à déployer, la régulation des loyers, la taxation des immeubles inoccupés. Mais pour supporter le coût d'une vaste opération de rénovation urbaine, la Région wallonne est dès à présent sollicitée, en plus de la création d'un "véhicule financier qui permettrait de mobiliser l'épargne populaire".

La ville va également tenter de parvenir à la neutralité carbone endéans les trente ans. Première concrétisation, la cité administrative qui est actuellement transformée en bâtiment passif. La mobilité, notamment cyclable, doit être repensée, avec, chaque année, un investissement de 10€ par an par habitant pour les déplacements doux.

Il se confirme par ailleurs qu'un dossier de candidature au titre de capitale culturelle européenne 2030 devrait être introduit à bref délai.

Au-delà de ses intentions, la déclaration de politique générale constitue un mélange de vision à long terme, comme le gender budgetting (l'analyse de chaque dépense en regard de l'égalité entre femmes et hommes), et de réponses à des préoccupations plus immédiates, comme la sécurité alimentaire dans les cantines scolaires ,  des assises de la jeunesse, ou encore les craintes des commerçants à propos des conséquences du chantier du tram. Une sorte d'actualisation du "projet de ville" à l'air du temps....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK