Les futurs régents en sciences économiques craignent pour leur avenir

A Liège, c'est à la Haute École Helmo qu'on forme notamment ces futurs régents.
A Liège, c'est à la Haute École Helmo qu'on forme notamment ces futurs régents. - © RTBF

Les futurs régents en sciences économiques sont inquiets. Ces professeurs sont censés enseigner les sciences économiques et sciences éco appliquées dans le secondaire. Mais ils craignent pour leur avenir. D'ici quelques années, leur matière va en effet disparaître des horaires scolaires et leur diplôme de régent en sciences économique ne voudra plus rien dire.

A Liège, c'est à la Haute École Helmo qu'on forme notamment ces futurs régents. Marine y termine justement ses études. En septembre, si tout va bien, elle pourra enseigner les notions de sciences économiques et de bureautique aux jeunes du secondaire.

C'est décourageant et déroutant

Mais dès 2023, son beau diplôme de régente en sciences économiques ne signifiera plus rien, l'économie sera englobée par les sciences humaines. Devra-t-elle refaire un régendat? Y aura-t-il des passerelles et lesquelles? Marine n'en sait rien : "C'est décourageant et déroutant. Parfois on se demande si ça en vaut encore vraiment la peine de faire tout ce qu'on fait, de se donner un maximum comme on le fait depuis la première en espérant justement pouvoir enseigner ces matières, et apprendre à la fin de ma formation que je pourrais peut-être seulement enseigner ces matières pendant quelques années".

Une situation assez paradoxale : dans un monde où l'économie est omniprésente, son enseignement est remis en cause.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK