Les francophones de Nosbau se fiancent au Foyer malmédien. A quand le mariage ?

La société de logement social Nosbau va devoir se scinder. Elle comprend actuellement quatre communes germanophones et cinq francophones dans l'Est de la province. Mais cette cohabitation va devoir cesser.

Elle va cesser parce qu'au 1er janvier 2020, la Communauté germanophone va notamment recevoir de la Région wallonne la compétence sur le logement. Et donc faire cohabiter des communes francophones qui continueront de dépendre de la Région wallonne, et des germanophones qui dépendront d'un autre gouvernement, c'est forcément compliqué au niveau institutionnel.

Les communes de Plombières, Aubel, Thimister-Clermont, Baelen et Welkenraedt devaient donc choisir de rejoindre soit le Foyer malmédien, soit Logivesdre, soit la Régionale visétoise d'Habitation. Et à l'unanimité, elles ont exprimé leur préférence pour le Foyer malmédien.

Il faut toutefois encore négocier ce rapprochement entre deux entités comptant chacune de nombreux logements : 434 pour le Foyer malmédien, près de 600 à terme pour les francophones de Nosbau.

Et il faut faire vite car les conseils d'administrations des sociétés de logements sociaux doivent être renouvelés en juin prochain.

Une des demandes qui sera formulée durant cette négociation, c'est notamment la présence dans la région des cinq communes prochainement ex-Nosbau d'une succursale sur le territoire d'une d'entre elle.

Les responsables de ces communes rencontreront vendredi la ministre du Logement, Valérie De Bue, pour faire le point sur le dossier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK