Les filières artistiques belges ont la cote auprès des étudiants étrangers

Les filières artistiques belges ont la cote auprès des étudiants étrangers
Les filières artistiques belges ont la cote auprès des étudiants étrangers - © pixabay.com - StockSnap - CC0 Creative Commons

Les écoles publiques de théâtre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment, suscitent l'engouement, surtout auprès des étudiants français. Et cela depuis plusieurs années. Que ce soient l'IAD, l'INSAS, les Conservatoires de Mons, de Bruxelles et de Liège. La formation d'acteur dispensée à Liège précisément, à l’École Supérieure d'Acteurs, éveille particulièrement la curiosité et l'intérêt de ces étudiants français, dont le nombre d'inscrits a augmenté de manière significative ces cinq dernières années. Certes, la vie est moins chère à Liège qu'à Paris, mais ce n'est pas la seule explication.

Une centaine de Français à l’École Supérieure d'Acteurs de Liège

A l'Esact, lors du dernier examen d'entrée, une centaine de Français étaient inscrits sur un total de 180 candidats. Ils constituent aujourd'hui la majorité des étudiants non Belges admis. Qu'est-ce qui rend l'Esact si attrayante auprès de nos voisins français? Nathaël Harcq, directeur: "Je crois que concernant Liège, c'est très certainement dû à la visibilité en France de projets portés par des lauréats de l'école, par des artistes pédagogues de l'école, donc ce sont des projets professionnels qui sont visibles en France, et notamment au festival d'Avignon, qui ont vu une première étape de recherche, d'exploration, dans l'école".

Jeanne Berger, 21 ans, est originaire de Grenoble. Après deux ans de cours dans une école privée de Paris, elle a été séduite par le programme singulier du Conservatoire de Liège, moins conventionnel. Le rythme soutenu fait aussi la différence: "Ici, on passe énormément de notre temps à l'école. Et là, en ce moment, on a des monologues à travailler, et j'y suis entre 8 heures et 22 heures tous les jours. On sent qu'on est au cœur de la formation, c'est-à-dire qu'il n'y a que ça dans notre vie. La masse de choses qu'on apprend est vraiment énorme. Ils nous font découvrir des textes que je n'aurais jamais découverts toute seule".

Ces étudiants français, une fois diplômés, construisent le plus souvent leur carrière à partir de le Belgique.

Une vingtaine de nationalités différentes au Conservatoire Royal de Liège

La filière musicale attire aussi beaucoup d'élèves étrangers. Au Conservatoire royal de Liège par exemple, 1/5ème des étudiants ne vient pas de Belgique. Parmi eux, beaucoup de Français et de Chinois mais aussi des élèves qui viennent d'Italie, d'Espagne, du Vietnam ou encore du Kazakstan...

La majorité de étudiants sont Belges et viennent des trois communautés. Juste derrière eux, une soixantaine de Français. Stéphane Demay, Directeur: "Il y a en fait en France deux grands conservatoires nationaux qui sont Lyon et Paris, ce qui limite les entrées pour les Français eux-mêmes. Donc s'ils veulent un diplôme de grande qualité, ils se tournent en général aussi vers la Belgique".

Je trouve que c'est un très très bon professeur

En musique, une des motivations principales de l'étudiant est liée au professeur. Léa Nerhot, 22 ans, originaire de Troye, a choisi Primor Sluchin, harpiste renommée: "C'est ma prof de Troye qui m'en a parlé en disant voilà, à Liège, il y a une classe qui vient d'ouvrir avec sûrement plus de possibilités pour faire de l'orchestre de musique de chambre, donc c'était très intéressant aussi de ce point de vue-là".

En troisième position, derrière les étudiants français, les Chinois. Wenbo Xin est en deuxième année, il a suivi Pierre-Henry Xuereb, son professeur d'alto, renommé lui aussi: "Il a donné la master classe au conservatoire de Pékin et je trouve que c'est un très très bon professeur. Je voulais étudier avec lui et il m'a proposé de venir ici".

Les conditions de travail proposées par l'établissement liégeois ne sont pas étrangères non plus à son succès. Ouvert 7j/7, il permet aux étudiants de travailler leur instrument à volonté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK