Les fêtes laïques de la jeunesse s'essoufflent en province de Liège

Fête laïque ce dimanche à Saint-Ghislain (illustration)
Fête laïque ce dimanche à Saint-Ghislain (illustration) - © RTBF

Traditionnellement, le mois de mai, c'est la période pour ce rite de passage non religieux. Mais les participants sont de moins en moins nombreux. La Province de Liège n'échappe pas à la tendance. Officiellement, pas de quoi alarmer Hervé Persain, le responsable du CAL, le centre d'action laïque pour la Province de Liège: « Moi je n'ai pas l'impression que ça va disparaître» explique-t-il.  «Je pense qu'il faut communiquer autrement. Lorsque la communication sera meilleure, je pense qu'il y aura de nouveau un peu plus d'enfants. Ce n'est pas notre objectif de remplir les salles, mais de les accompagner dans un processus d'expression basé sur la libre pensée ».

En cause, le cours de morale délaissé au profit du cours de citoyenneté

Pourtant, chez nous aussi, le nombre de participants à ces fêtes laïques est en chute libre. Il y a quelques années, ils étaient encore un bon millier de participants en province de Liège. L'an dernier, il n'en restait que 350. Cette année, ils ne sont plus que 250. Une chute vertigineuse qui coïncide en fait avec l'arrivée du cours de philosophie et de citoyenneté dans les écoles, à la rentrée 2017. De nombreux élèves ont délaissé le cours de morale au profit de ce cours de citoyenneté. Or, les fêtes laïques de la jeunesse étaient un peu l'aboutissement du cours de morale. La conclusion logique.

Et puis aujourd’hui, la situation des professeurs de morale est moins confortable qu'auparavant. Moins d'élèves, moins de cours, et donc l'obligation d'enseigner dans plusieurs écoles. Dépités, les enseignants seraient moins enclins à faire la promotion de cette fête laïque dans leur classe.

Communiquer ... sans passer par les écoles

Faute de participants, le CAL doit parfois fusionner plusieurs communes pour organiser ces cérémonies. C'est le cas par exemple pour Chaudfontaine, Trooz, Olne, Soumagne, Herve, Fléron, Beyne-Heusay ou encore Waremme et Hannut.

Le centre d'action laïque de la Province de Liège réfléchit aujourd'hui à une nouvelle façon de communiquer au sujet de ces fêtes laïques ... sans passer par les écoles.

 

Un rite de moins en moins suivi (Journal télévisé 12/05/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK