Les entreprises de travail adapté sont-elles les parents pauvres des campagnes de vaccination ?

Les entreprises de travail adapté, ce sont ces firmes qu’on appelait avant les "ateliers protégés". Elles emploient souvent des travailleurs porteurs de handicap mental ou psychique, et le respect des gestes barrières y est compliqué. Il serait utile de protéger ces personnels fragiles. Mais l’agence wallonne pour une vie de qualité ne semble guère s’en préoccuper. C’est du moins le sentiment de Dany Drion, patron du groupe JDC, les Ateliers Jean Del’cour.

Son entreprise emploie 600 travailleurs à l’heure actuelle, dont une majorité en situation de handicap. "Nous aurions voulu organiser la vaccination de nos travailleurs", explique-t-il. "De prioritaires que nous étions en février, nous sommes passés à non prioritaires."

Malheureusement, aujourd’hui, rien n’a été mis en place pour s’occuper de la vaccination de nos travailleurs.

La campagne de vaccination a bien démarré pour les personnes en situation de handicap. Les centres résidentiels ou de jour ont été vaccinés en même temps que les maisons de repos. Tandis que les convocations pour celles vivant chez elles ou chez un parent ont commencé à être envoyées début du mois. Mais Dany Drion est persuadé qu’une majorité de son personnel n’ira pas se faire vacciner en raison de démarches assez compliquées.

Il a dès lors tenté d’organiser la vaccination dans son entreprise avec la médecine du travail. "La médecine du travail était d’accord de nous accompagner dans cette vaccination dans l’entreprise, affirme-t-il. Mais nous avons eu également une fin de non-recevoir de notre autorité de tutelle. Nous sommes déçus de la façon dont on considère les travailleurs des entreprises de travail adapté. Malheureusement, aujourd’hui, rien n’a été mis en place pour s’occuper de la vaccination de nos travailleurs."
 

Vaccination des personnes handicapées: JT 21/01/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK