Les écologistes liégeois préparent les élections de mai: trois dames pour deux places

De gauche à droite, Véronica Cremasco, Sarah Schlitz et Caroline Saal: les "primaires" se préparent, chez Ecolo
De gauche à droite, Véronica Cremasco, Sarah Schlitz et Caroline Saal: les "primaires" se préparent, chez Ecolo - © Ecolo/Vert Ardent/Michel Gretry

Petit à petit, les partis politiques se mettent en ordre de marche pour le triple scrutin de mai prochain. Le parti Ecolo a commencé à confectionner ses listes. Les candidats à la candidature pour les places "à forte visibilité" ont du se déclarer, et un comité procède à des auditions qui doivent déboucher sur une proposition à soumettre à une assemblée générale, le dernier samedi de janvier.

Pour les élections fédérales c'est en principe Sarah Schlitz qui devrait emmener les troupes: elle siège à la chambre des représentants depuis quelques mois, elle a remplacé Muriel Gerkens, démissionnaire. Si elle est élue, et normalement elle devrait l'être, elle démissionnerait de son mandat de conseillère communale Vert Ardent à Liège.

Pour le niveau régional, c'est plus délicat. La cheffe du même groupe Vert Ardent au même conseil communal, Caroline Saal, souhaite la première place. Si elle décroche un mandat au parlement wallon, elle risque de ne pas pouvoir cumuler et de devoir abandonner son mandat local.

Le groupe Vert Ardent, à peine installé en décembre dernier, pourrait donc se retrouver amputé de deux de ses porte-parole les plus remuantes. Ce qui suscite quelques grincements de dents. Les militants disposent d'une formule de rechange, puisque Veronica Cremasco, ancienne députée, reconvertie dans l'expertise urbanistique et dans un bar à jeux de société, a également postulé la tête de liste. Une revenante en quelque sorte. Décision dans une dizaine de jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK