Les désherbeurs thermiques de plus en plus utilisés comme alternative aux pesticides

Les désherbeurs thermiques de plus en plus utilisés comme alternative aux pesticides
Les désherbeurs thermiques de plus en plus utilisés comme alternative aux pesticides - © RTBF - Martial Giot

Depuis le 1er septembre 2014, les particuliers ne peuvent plus utiliser d'herbicides et pesticides pour traiter les surfaces imperméables reliées au réseau de collecte des eaux pluviales. Une mesure imposée dans le cadre d'un programme wallon de réduction progressive des pesticides, plan s'alignant lui-même sur des directives européennes.

Parmi les alternatives possibles: les désherbeurs thermiques au gaz ou électriques. Deux ans après la première interdiction imposée aux particuliers, ces derniers sont de plus en plus nombreux à opter pour cette solution.

Nous nous sommes rendus à Barchon, chez un spécialiste du matériel de jardinage. Dans ce magasin, on y trouve des désherbeurs "légers", au gaz ou électriques, mais aussi des modèles plus imposants, destinés au traitement de surfaces plus importantes. Christophe Demonceau: "On a la bouteille de propane de 25 kilos sur un petit chariot avec deux roues, avec des flexibles de 5 mètres et une lance pour brûler l'herbe. Avec la puissance de feu, l'herbe disparaît en cendres tout de suite. Et alors on a une version un petit peu moins chère parce qu'on ne paye pas la charrette". Et au fil des mois, la demande augmente: "J'achetais par petites quantités, et j'ai dû augmenter toujours mes conditionnements avec mon fournisseur parce que la demande devenait de plus en plus importante".

Il y a une connaissance de la problématique environnementale de la part des clients

Quentin Le Bussy dirige, lui, une grande surface d'articles de bricolage: "Ce sont des produits qu'on nous demande aujourd'hui beaucoup plus qu'il y a un an ou deux. Il y a une connaissance de la problématique environnementale de la part des clients. Nous, on doit suivre et dans une certaine mesure anticiper les changements. On a des clients qui savent déjà d'emblée qu'ils ne souhaitent plus utiliser de produits chimiques classiques parce que c'est nocif pour l'environnement et potentiellement dangereux pour eux. On a, a contrario, des clients qui arrivent tout simplement avec un problème et qui disent: j'ai des mauvaises herbes sur mon trottoir, qu'est-ce que je fais? A nous à ce moment là de proposer des alternatives, les plus classiques, à savoir des produits chimiques, les plus innovantes, à savoir les produits type thermiques ou électriques".

Et les retours des clients sont positifs, indiquent les deux vendeurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK